AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le maire passe une annonce
Bienvenue sur Broken Arrow! I love you Nous sommes ravis de votre présence!
REOUVERTURE DU FORUM! LES NOUVEAUTES DANS LES ANNONCES I love you

Partagez | 
Arsène Quinn - The first kick I took was when I hit the ground

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 17:43


Arsène Quinn

Back to the light
nom ➸ Quinn, un nom de famille plutôt répandu en Irlande Du Nord, rien de bien extraordinaire : tout ce qu’il y de plus banal donc. prénom(s) ➸ Arsène, un prénom français rare et teinté d’une touche de classe quand on pense au plus illustre porteur de ce prénom : Arsène Lupin. surnom(s) ➸ Sen, diminutif de Senseï. C’est comme ça que ces élèves l’appellent, bien plus facile à retenir et à prononcer, et beaucoup plus rapide également. âge ➸ 28 ans date et lieu de naissance ➸ 19/01/1986 à Toulouse nationalité ➸ franco-nord-irlandais origines ➸ françaises, nord-irlandaises et galloises   occupation ➸ professeur d’arts martiaux dans un dojo de la ville. Il est spécialiste du Taekwondo, Karaté et est familier avec des techniques du ninjutsu. Au-dessus de tout le reste, il reste un véritable expert du Bō-jutsu, l’art du maniement du bâton. orientation sexuelle ➸ hétérosexuelle statut civil ➸célibataire, depuis un moment maintenant.
caractère ➸ Je suis quelqu’un de calme, même si je pratique un sport de combat, il s’agit des arts martiaux, qui apprennent sagesse, discipline, maitrise de soi, respect de l’autre et confiance en soi. Je suis une personne que l’on ne remarque pas forcément au premier abord, je peux paraitre indifférent aux yeux des autres. Mais ce n’est pas parce que je ne parle pas souvent que je ne pense pas, bien au contraire. Le seul moment où je m’ouvre complètement, c’est quand je donne mes leçons d’arts martiaux, principalement avec les enfants. Ils sont une source de bien-être et me surprenne toujours : j’aime pouvoir travailler avec eux et les aider dans leur développement. Pour le reste, je suis un homme qui ne supporte pas les injustices et j’essaye de les combattre, même si ce n’est pas toujours possible. Comme tout à chacun, j’ai ma part d’ombre et de faiblesse, et je peux devenir très agressif quand je suis confronté à une véritable ordure.
anecdotes ➸- Je possède une cicatrice au niveau du torse, que j’ai reçu lors d’un combat contre mon frère, au sabre. Nous n’étions que des adolescents et nous pensions pouvoir nous débrouiller avec de véritables sabres. J’ai baissé ma garde et mon frère m’a touché. Après ça, je n’ai jamais vraiment retenté d’apprendre les arts du sabre.
- Je possède un tatouage sur mon omoplate gauche : il s’agit d’un soleil comportant en son centre une représentation des quatre éléments : l’eau, le feu, l’air et la terre.

- Je suis un pianiste aguerri, dû à l’envie de mes parents que j’en fasse plus jeune. C’était donnant donnant : ils me laissaient faire des arts martiaux, même s’ils n’étaient pas fan de l’idée et en échange, je prenais des cours de piano. C’était pas si mal et j’ai bien aimé ça. Depuis, le clavier que j’ai chez moi comble ma solitude certains soirs.

- Mes parents sont retournés vivre en France, et je n’ai que rarement de leur nouvelle.

- Ma relation avec mon frère est devenue presque inexistante. Du moins, d’un point de vue fraternel. Mon frère estime qu’enseigner les arts martiaux n’est pas digne, quand lui occupe un poste important à la mairie. Il ne vaudrait mieux pas que l’on se retrouve dans la même pièce, sinon, cela pourrait mal finir.

Back to the light

qu'est ce qui t'as décidé à vouloir protéger la ville? ➸ J’ai vu trop d’injustices dans ma vie pour y être indifférent. Je le vois d’ailleurs très bien au dojo avec les parents de certains de mes élèves qui ont du mal à joindre les deux bouts et qui sont encore en plus défavorisés par la maire. Et puis, j’ai vu une amie à moi se faire agresser en pleine rue par plusieurs individus. Heureusement que j’ai pu intervenir, sinon, je ne donnais pas cher de sa peau.
tu es un homme de l'ombre? Si oui, c'est quoi ton pseudonyme et ton arme de prédilection? ➸ Mon pseudonyme ? SenBō, un mélange de Senseï, ou Sen, mon surnom et de Bō, le baton, qui est mon arme de prédilection. Il s’agit plus précisément d’un taiji fait en bois de Caryer, parfaitement dur, résistant et durable, enroulé de bandelettes rouges en son centre pour faciliter la prise en main.
A vadrouiller, tu dois quand même avoir une peur non? Quelle est-elle?➸ La seule chose dont j’ai peur, c’est que mes amis se fassent agresser. A partir de cet instant, j’ai peur du comportement que je pourrais adopter et je ne sais pas si je pourrais me contrôler. J’ai également peur de croiser mon frère ou quelqu’un que je connais, mais dans le mauvais camp. Je ne sais pas comment je pourrais réagir si je me retrouvais dans une telle situation.


you have failed this city

« Pourquoi c’est toujours toi qui décide ? » fis-je à mon frère, de deux ans mon aîné. « Parce que je suis le plus grand, alors c’est moi qui commande ! » me répondit-il. « C’est pas juste, on pourrait faire chacun son tour ! » pestai-je. « C’est comme ça c’est tout. Si t’es pas content, tu viens pas et tu restes tout seul. » Me répliqua César.
C’était souvent comme ça. Si je ne voulais pas m’ennuyer et rester tout seul, je devais accepter de faire ce que mon grand frère, César, voulait. Je me faisais mal parfois, souvent même, mais j’avais besoin de faire quelque chose : je n’avais que 4 ans, je ne pouvais pas rester à rien faire. Déjà à cet âge-là, mon frère se mettait en position supérieure à moi.
Je suis né le 19 Janvier 1986 à Toulouse, en France, d’une mère française, infirmière, et d’un père nord-irlandais et gallois, chef cuisinier. Je suis le deuxième et dernier enfant de mes parents qui, deux ans plus tôt, avaient mis au monde mon grand frère, César. Tous ensemble, nous sommes restés en France jusqu’à mes 8 ans pour déménager en Irlande du Nord, à Belfast, où mon père avait eu une opportunité de travail dans un hôtel de la ville. Le changement a été assez rude pour moi au départ, d’autant que, même si mon père me parlait souvent en anglais, je ne savais pas encore très m’exprimer dans cette langue, il m’a donc fallu un temps d’adaptation. Durant ce laps de temps, j’ai relativement souffert des autres enfants qui ont été terribles envers moi pour certains d’entre eux. Evidemment, mon frère ne bougeait pas le petit doigt. Plusieurs fois, ces gosses me prenaient à partis et n’hésitaient pas à me malmener. Je ne disais rien à mes parents, ils n’apprirent mes déboires que plusieurs mois après. Les enfants en question avaient été punis, mais il en fallait bien plus pour les réfréner. C’est en allant voir un spectacle d’arts martiaux avec l’école primaire que j’eus une révélation : je voulais être capable de faire de même et je voulais pouvoir me défendre contre les brutes qui avaient recommencé de plus belle…


« Mais regardez-moi qui est là… Ce n’est pas ce crétin de français ? »
Fis l’un des garçons. « Je suis aussi Nord-Irlandais, mais la diversité tu dois pas connaitre vu ton indifférence envers les autres. » Répliquai-je immédiatement. « Tu te payes ma tête ou quoi ? » « Laisse tomber, c’est un mot trop compliqué pour toi… » « Bon les mecs, je crois que notre ami le français cherche les ennuis. On va lui faire comprendre qu’il faut pas rigoler avec nous… »
C’était le moment. Les quatre garçons autour de moi s’approchaient de moi, prêts à me frapper une fois de plus. Je me concentrais, pris une grande inspiration tout en fermant les yeux. Je les rouvris juste à temps pour voir le poing de celui qui était le chef de la bande, je bloquais son poing en me décalant et le fis trébucher avec mon bras. Les autres tentaient aussi de m’atteindre, mais je parvenais à les éviter la plupart du temps. Je n’étais pas d’un naturel violent, mais j’avais besoin de leur faire comprendre que je savais me défendre maintenant et qu’ils en subiraient les conséquences s’ils recommençaient. C’est pourquoi je les ai tous fait tomber par terre. Ils eurent du mal à se relever et quand ils le firent, ils se tenaient presque tous le nez et me regardaient à moitié énervé et à moitié apeurés, avant de déguerpir. Depuis ce jour-là, ils me laissèrent tranquille et je pus enfin m’épanouir à Belfast. Si j’avais réussi à me défendre, c’était parce qu’à la suite du spectacle d’arts martiaux, j’avais fait tout ce que je pouvais faire pour que mes parents décident de m’inscrire dans un dojo. Ils cédèrent en me faisant prendre des leçons de piano en échange, ce qui ne me dérangeait pas plus que ça. Mon frère aussi voulut s’inscrire, désireux de voir un nouveau domaine dans lequel il voulait me dépasser. Mais pas cette fois. Les arts martiaux étaient ce qu’il me manquait et j’allais y exceller comme personne n’aurait pu le prédire, pas même mon grand frère.


« Encore battu ! Tu vois que je suis plus fort que toi César. » Fis-je, triomphant, à mon aîné. « C’est parce que je te laisse gagner, c’est tout. » Me répondit-il, agacé. « Pourquoi tu ne pourrais pas reconnaitre, pour une fois, que je suis meilleur que toi dans un domaine ? » Aucune réponse ne vint de sa part, tandis qu’il se relevait, sabre en bois à la main.
Après avoir débuté dans le Taekwondo art dans lequel j’avais déjà de grandes dispositions, je m’étais initié avec succès au karaté, avant que mes entraineurs ne me proposent d’approfondir mes acquis par l’enseignement du maniement des armes. Friand de pouvoir en apprendre toujours plus dans un domaine qui me plaisait véritablement, j’avais accepté sans hésiter, et mon frère m’avait joint quelques temps après, énervé de ne se voir proposé cette opportunité qu’après moi. Cela faisait maintenant 3 semaines que nous nous entrainions au sabre avec des répliques en bois pour éviter tout accident. Sans mot dire, je vis alors mon frère forcer la serrure d’une porte, celle où était stocké le matériel, avant d’en revenir, deux sabres véritables à la main.
« Mais qu’est-ce que tu fais César ? » Demandais-je, un mauvais pressentiment se formant dans mon esprit. « Avec ça, on va vraiment voir qui est le plus fort de nous deux. Il faut un vrai combat pour régler cette histoire, pas des jouets en bois. » Me dit-il, un sourire mauvais sur le coin des lèvres. « Mais tu sais très bien qu’on a pas le droit ! Maître Ulster nous a interdit d’utiliser ces sabres ! » « Mais qu’est-ce qu’il y connait ce vieux ringard ? On est assez forts pour utiliser de vraies armes, on est pas des débutants ! » « Je marche pas avec toi, c’est contraire à ce que l’on nous a appris. » « Tu veux vraiment être une mauviette toute ta vie, c’est ça ? » Piqué au vif, j’allai prendre le sabre que me tendait mon frère. Après tout, nous étions seuls, il s’agissait là d’un entrainement supplémentaire que nous avions pris, personne n’était là pour savoir ce que nous faisions.
A peine avais-je eu le dos tourné, qu’il m’avait déjà assené un coup de pied dans le dos, me faisant tomber lourdement au sol. Je tentais de rester calme, mais je ne pouvais empêcher cet afflux de colère qui montait en moi. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi mon frère agissait ainsi. S’en suivit alors plusieurs échanges où nos sabres s’entrechoquaient. Nos torses nus et nos cheveux mi- longs commençaient à perler de sueurs dans notre agitation. Le combat ne durait pas depuis longtemps mais le poids des sabres et l’effort demandé nous faisaient déjà respirer lourdement à coup de grande respiration bruyante. L’espace d’un instant, je sentais mes forces qui s’amenuisait et pris longtemps pour lever mon sabre à temps pour me protéger. Trop tard : mon frère venait de m’entailler le torse avec son sabre, ce qui me fit lâcher un cri empli de douleur, tandis que je tombais sur mes genoux. Ma main gauche s’était posé sur la blessure, tandis que mes yeux s’humidifiaient. Ce n’était pas tant la douleur qui me faisait monter les larmes aux yeux. Non, c’était l’attitude de mon frère. Le voir prêt à m’infliger des blessures, voire même à me tuer, seulement pour prouver qu’il était plus fort que moi, je ne comprenais pas. Pourquoi ? Je ne lui avais rien fait à ce que je sache.
« Alors tu abandonnes minable ? » Me demanda-t-il, riant presque.
Sa question me fit reprendre mes esprits et je ne pu me contrôler davantage : Saisissant mon sabre des deux mains, je montais le pommeau de celui-ci en direction du poignet de mon frère, ce qui lui fit lâcher son sabre, surpris. Lui asséna un coup de pied, je le fis tomber à terre, baissant mon sabre en simple menace factice.
« Je crois que c’est plutôt toi qui devrait abandonner. »
Sur ces mots, le visage déformé par la rage, il se leva et voulu sortir. La blessure reprenant le dessus, je lâchais le sabre et perdit connaissance. La dernière chose dont je me souvienne, fut la vision de notre maître qui venait empêcher César de sortir. J’avais 15 ans, il en avait 17. A mon réveil, j’appris que mon frère avait fait passer ça pour un accident. Nous ne fûmes pas renvoyés, mais il cessa de venir s’entrainer. Pour ma part, je fus puni à ranger et nettoyer le dojo pendant plus de six mois, en plus de mes entrainements qui furent beaucoup plus dur. Peu de temps après, mon frère partit étudier à Londres et nous cessâmes toute relation.

« Papa, maman… Je veux pas faire d’études après le lycée. » « Mais… Tu ne voulais pas devenir avocat ? » Me fit ma mère surprise. « Si je disais ça, c’était juste pour vous faire plaisir en fait. Moi ce que je veux faire, c’est des arts martiaux, c’est enseigner, pouvoir apprendre aux autres. Je me suis enfin décidé à vous le dire aujourd’hui et j’espère que vous serez d’accord. » Un silence vint ponctuer la fin de ma phrase.
J’avais 18 ans. La fin de mes études approchait et j’avais finalement trouvé ma voie en commençant à donner des cours aux plus petits au dojo. Je voulais enseigner les arts martiaux tout en continuant d’apprendre de nouvelles techniques. Je ne voulais pas faire de longues et brillantes études comme mon frère était en train d’en faire, lui qui se destinait à une carrière politique.
« Ecoute Arsène, si c’est ce que tu veux, on ne peut t’empêcher de faire ce que tu aimes. Mais tu es vraiment sûr de toi ? » Me questionna mon père. « Oui, je suis certain. » Répondis-je avec détermination et fermeté. « Mais tu dois passer des diplômes non ? » Me demanda ma mère. « Oui, mais ce n’est pas long et maître Ulster m’a dit que vu mon niveau, ça ne serait qu’une formalité. Je travaillerais au dojo tout en étudiant pour mes diplômes : j’aurais un salaire, je pourrais m’assumer. » Les rassurais-je.
Mes parents se regardèrent tout deux et soupirèrent avant que ma mère ne me réponde : « Tu t’en doute, ce n’est pas forcément ce que nous avions imaginé pour toi, mais si tu es heureux et que tu as du travail, alors vas-y, fais-le Arsène. » Termina-t-elle avec un sourire.
Je ne pus m’empêcher de leur sourire en retour et de les enlacer avant de les remercier.


« Bien, maintenant je vais vous montrer le second poomse. Soyez bien attentifs, car ce sera à votre tour ensuite. » Fis-je à une vingtaine de gamins pas plus vieux que 8 ans.
M’écartant afin d’avoir de la place, j’exécutai l’enchainement avec agilité et rapidité sous les yeux ébahis des élèves. Une fois terminé, je me plaçai face à eux.
« Mais Sen ! On va pas pouvoir faire pareil, tu es trop rapide. » Un sourire apparut sur mes lèvres tandis que je répondais. « Je sais, c’est pourquoi nous allons le faire étape par étape, mais tu sais Caitlinn, avec de l’entrainement, tu sauras faire ce poomse aussi vite que moi. » « C’est vrai ? » « Bien sûr. Il faut juste s’entrainer et avoir confiance en soi : c’est primordial au Taekwondo, et dans n’importe quelle autre situation dans votre vie. Si vous avez confiance en vous, alors vous réussirez des choses que vous vous pensiez incapables de faire. »

J’avais 21 ans. Cela faisait maintenant deux ans que j’avais eu mes diplômes d’entraineur et que je m’occupais des cours des plus jeunes. Je ne roulais peut-être pas sur l’or, mais j’avais assez pour vivre et pouvoir économiser aussi. Travailler avec les enfants était une véritable bouffée d’air frais, ils me surprenaient toujours et me faisaient rire aussi. Donner des leçons était devenu une véritable passion, plus qu’un travail pour moi, et j’allais chaque jour au dojo avec plaisir, arrivant dans les premiers et partant dans les derniers. Cette année-là, je préparais un diplôme pour pouvoir enseigner le Bo-Jutsu, l’art du maniement du bâton, qui était devenu une de mes disciplines favorites au fil des années. J’y excellais, plus que dans n’importe quel autre domaine et j’y avais remporté de nombreux championnats également. Dans le même temps, M. Ulster, mon maître, m’initia aux pratiques du Ninjutsu, l’art des ninjas. L’apprentissage fut difficile et éprouvant, mais avec le temps, je devins plus familier avec cet art et je pus progresser.


« Quoi ?! Il est de retour, après tout ce temps ? » « Oui, le maire lui a offert un bon poste. »
J’avais 26 ans. Après avoir étudié et fait un peu de politique en Angleterre, mon frère, César, était de retour à Belfast. C’était un ami d’enfance qui me l’avait appris, puisque mes parents étaient retournés en France pour leur retraite. Toute mon animosité à son égard remonta alors à la surface sans que j’y pusse quoi que ce soit. Depuis notre combat au sabre, cette colère, presque haine, était devenu viscérale pour moi, et il en allait de même de son côté. Les rares fois où il était rentré de Londres à la demande de mes parents, nous n’avions décrochés aucuns mots pour l’un et l’autre. Et ce poste avec le maire actuel ne voulait dire qu’une chose : mon frère trempait dans des affaires plus que louches et n’était pas là pour apporter la paix dans le monde.


« Lâchez là, sinon ça va mal finir pour vous ! » Fis-je, très énervé.
Une amie et moi étions sortis en ville, dans un bar, et le temps que je paye l’addition et qu’elle aille chercher sa voiture, elle avait été encerclée par trois individus peu avenants. Ils l’avaient quelques peu violentés bien que les blessures soient encore légères. Ces malfaiteurs ne m’écoutant pas, je me vu contraint de les attaquer. Le combat fut relativement rapide et ils s’enfuirent en toute hâte.
«  Ça va ? » Demandais-je à mon amie. « J’ai connu mieux. Mais ils n’ont pas eu le temps de faire grand-chose. Heureusement que tu étais là. Merci. » « Il faut quand même que t’aille aux urgences pour ton poignet. On dirait qu’il est foulé. »

C’est depuis ce jour, pour éviter que ce genre d’évènements ne se reproduisent et pour endiguer les injustices commises par le maire actuel et ses sbires, que j’ai décidé de devenir ce que les citoyens appellent un justicier. C’est avec mon Taiji en Caryer, et une tenue que je me suis fait faire sur-mesure (voilà à quoi une partie de mes économies avaient servies), que je devins SenBo, guerrier arpentant les rues de Belfast la nuit afin d’éradiquer le mal profond qui gangrène notre ville.

SenBo:
 

pseudo/prénom ➸ Fly âge ➸ 18 ans comment as-tu connu broken arrow ➸ Bazzart comment trouves-tu le forum ➸ *bave* un dernier mot ➸ Let The Wookie Win… Always !


Dernière édition par Arsène Quinn le Dim 6 Avr - 17:07, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

the victim

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 22/03/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 394


∞ DOUBLE COMPTE : sezaïc everglow

∞ RP DISPONIBLE : ouip



Sam 5 Avr - 17:51

OUAIIII tu es venue  cheers cheers   
Oh gosh le choix de ton avatar    tu m'avais dis que c'était original et j'avoue que j'adore ton choix!
Bienvenuuuuue    si tu as des questions tu n'hésite pas!   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t19-dexter-sometimes-it-s-hurts

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 18:03

En fait au début, je ne pensais pas du tout à Benedict, je pensais à un mec tout autre (Jason David Frank), mais la banque photos est très faible et pas top niveau qualité. Alors j'ai cherché, et ça fait un moment que je voulais utiliser Benedict en avatar (WoW *O* !!!!!), et puis la simple idée de se dire : bordel, Benedict Cumberbatch en expert des arts martiaux, c'est tellement badass   afro afro    !!!!!!! Du coup, je n'ai pas pu résister et c'est peut-être moins original que prévu au niveau du choix de l'avatar, mais ça me faisait trop envie !!!
Merci en tout cas, Grant est cool aussi (Flaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaash, un de mes héros préféré de JL avec Batman et Green Arrow !!!), d'autant que je ne le vois pas souvent sur les forums RP.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Sam 5 Avr - 18:05

OMFG BENEDICT                        
Bienvenue sur le forum      Et bonne chance pour le reste de ta fiche    

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y

avatar

the victim

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 22/03/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 394


∞ DOUBLE COMPTE : sezaïc everglow

∞ RP DISPONIBLE : ouip



Sam 5 Avr - 18:06

en plus tu as pris le prénom Arsène et j'aime tellement Arsène Lupin!      
Ah ah à ce que j'ai compris il va frapper avec un baton ça va faire mal purée   
Ouai Grant j'ai vraiment eu un coup de coeur sur lui dans Arrow, j'ai tellement été heureuse qu'il allait avoir une série sur lui    .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t19-dexter-sometimes-it-s-hurts

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 18:09

Karen !!!!!
Merci à toi Very Happy !!

EDIT Dexter : Moi aussi !!! Arsène Lupin c'est la vie, c'est le bien !!!!!!!! Et puis juste le prénom quoi : c'est tellement classe  afro  !!!! Ouais, faites gaffe, ça va envoyer du pâter avec Arsy   !

Oui, ils sont en train de tourner le pilote en plus, j'ai hâte !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 19:28

Oh super choix d'avatar   
Bienvenue parmi nous et bonne chance pour la suite de fichounette ♥️
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 19:46

Merci beaucoup Smile Very Happy !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 20:58

Bienvenue parmi nous  I love you 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 5 Avr - 22:08

bienvenue et bon courage pour le reste de ta fiche !  I love you 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Dim 6 Avr - 8:49

Merchi les amis Smile !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Dim 6 Avr - 17:22

J'adore l'histoire d'Arsène   Et son costume a l'air d'avoir trop la classe    C'est donc avec plaisir que je te valide    

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y

avatar

Invité
Invité



Dim 6 Avr - 17:25

Oh merci !
Si vous voulez d'ailleurs faire de même, je l'ai fait à partir de ce site :

> http://www.heromachine.com/heromachine-2-5-character-portrait-creator/
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

Arsène Quinn - The first kick I took was when I hit the ground

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 8 Nerds Who Will Utterly Kick Your Ass
» Kick ASS
» [Bluray] Kick Ass
» [chronique] KICK ASS de Millar et Romita, Jr
» Penalty Kick

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
broken arrow :: REVEALS YOUR IDENTITY :: you've failed this city :: always it's okay-