AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le maire passe une annonce
Bienvenue sur Broken Arrow! I love you Nous sommes ravis de votre présence!
REOUVERTURE DU FORUM! LES NOUVEAUTES DANS LES ANNONCES I love you

Partagez | 
the dreamer boy. (théo)

avatar

Invité
Invité



Lun 26 Mai - 20:16


théodore "théo" turner

burning desire.
nom ➸ Turner. Mais il ne s'agit pas là de son véritable prénom. Après son réveil, c'est le patronyme que Théodore s'est choisi, ignorant qu'il s'appelait autrefois Chevalier. prénom(s) ➸ Théodore « Théo » Aodhan. Le premier, c'est ce qu'il portait sur un bracelet, le second il l'aimait bien. Son véritable prénom est cependant Antoine. surnom(s) ➸ Théo. Certains se sont risqués à le surnommer Dodore aussi, mais c'est vraiment à leurs risques et périls. âge ➸ 35 ans. date et lieu de naissance ➸ 31 Octobre, Belfast. Mais bien qu'il soit né en Irlande, Théo a passé une grande partie de sa vie en France. nationalité ➸ Franco-Irlandaise. Son père étant français, il a hérité de la double-nationalité. origines ➸ Françaises et irlandaises. occupation ➸ Antiquaire et touche-à-tout. Il possède une minuscule boutique dans le centre-ville qui contient des centaines de vieilleries et il s'applique de temps en temps à les vendre mais puisqu'il est du style à avoir des lubies de courtes durées, il ferme parfois très longtemps le temps de vivre. Facteur un jour, pêcheur le lendemain... C'est un quotidien varié qui ne lui rapporte pas un rond. orientation sexuelle ➸ Hétérosexuel, bien qu'il ait sans doute expérimenté d'autres choses. statut civil ➸ Célibataire.
caractère ➸ galant + perfectionniste + attentif + désorganisé + souriant + discret + timide + traître + lâche + imprévisible + moqueur + impatient + violent quand il est en colère + rêveur + impulsif + irréfléchi + romantique + irresponsable + dépendant + manipulateur + calculateur + aimable + imaginatif + opportuniste + sociable + délicat + main verte + observateur + énergique + vaguement narcissique + fêtard + rancunier.
anecdotes ➸ Bien qu'il ait grandi en France, son coeur appartient à l'Irlande ➸ il campe actuellement aux abords de la ville, n'ayant pas assez d'argent pour louer un appartement ➸ il possède toutefois un minuscule local dans le centre-ville qu'il a reconverti en magasin d'antiquité ➸ il a perdu sa famille à ses treize ans dans un incendie qu'il a accidentellement déclenché ➸ son frère aîné et lui ont déménagé chez leur grand-mère paternelle, à Gentilly ➸ une voix lui a soufflé d'abattre un pigeon quand il avait quatorze ans, ce qu'il a fait ➸ cette voix, son âme, a toujours été plus forte que lui ➸ il y a huit mois, il s'est attaqué à plus gros que lui ➸ lui et sa victime se sont défenestrés ➸ à cette occasion, le traumatisme lui a laissé une amnésie importante et de gros problèmes de concentration ➸ tout le monde a cru, lui y compris, qu'il s'appelait Théodore à cause d'un bracelet qu'il portait au poignet ➸ il est revenu à Belfast il y a quelques temps, plus par hasard qu'autre chose ➸ sa vie est devenue un peu n'importe quoi ces derniers temps ➸ il parle anglais et français, mais cette dernière langue lui pose beaucoup de problèmes ➸ il lit tout ce qui lui tombe sous la main mais met beaucoup de temps à terminer un livre ➸ il fait beaucoup de sport parce que ça l'occupe et que ça ne demande aucune réflexion ➸ c'est aussi un voleur assez doué, même s'il ne fait ça que pour remplir sa boutique d'antiquités... et parce qu'une voix lui chuchote des choses, parfois.

Burning desire.
Un événement particulier a-t-il été la cause de ta situation actuelle ? Quelle est la pire chose que tu ais faite ? ➸ Depuis son réveil, la mémoire quasiment vierge de tout souvenir, Théodore a clairement franchi la limite entre la légalité et l'illégalité le jour où il s'est improvisé cambrioleur dans un magasin de sport. Cette petite affaire ne date que de quelques mois et est à l'origine de son départ pour Belfast. En réalité, Théodore est un ancien tueur en série ayant semé de nombreuses victimes dans son sillage, tout d'abord en France puis au Royaume-Uni.
Que penses-tu réellement du Maire et des rumeurs qui courent à son sujet ? ➸ Théodore vient juste d'arriver à Belfast et n'a pas vraiment eu le temps de se poser la question. Il a choisi Belfast pour son haut taux de criminalité en se disant que si la voix revenait lui rendre visite et qu'il se retrouvait à cambrioler un second magasin, cela passerait inaperçu. Mais les rumeurs ne tarderont pas à lui parvenir... Il est friand de toutes ces informations.
Quelle serait ta plus grande peur par rapport à ces événements ? ➸ Se faire descendre par un fou-furieux, c'est probablement une peur assez commune chez les habitants de Belfast, vu le nombre de meurtres par mois. Sinon, nul doute que Théodore n'apprécierait pas un retour du froid comme il dort dans une tente... Et il est à noter qu'il a une peur panique et irraisonnée de la moindre étincelle ou petite flamme.


you have failed this city
Le feu avait dévoré les murs, les charpentes, les pièces, sans rien laisser derrière lui. Il avait suffi d’une minuscule flamme, d’un jeu idiot entre deux gamins, pour supprimer des vies. Là, comme ça, d’un seul coup. Des vies réduites en cendre, gâchées par une bougie. Monsieur et madame Chevalier étaient des gens comme les autres pourtant, un simple couple amoureux, vivant dans une maison moyenne avec leurs deux fils. Ils s’étaient rencontrés lors d’un voyage de monsieur Chevalier en Irlande et l’amour s’était installé. Leur petite famille avait fleuri dans la banlieue de Belfast avec un premier fils, Harry, puis un second, Antoine. Harry étant un gamin tranquille, son petit frère était un peu plus agité et peut-être un peu trop aventureux, mais ils étaient heureux. Et puis il y avait eu cette bougie. Antoine et Harry avaient respectivement treize et quinze ans quand ils avaient eu l’excellente idée d’allumer une petite bougie dans leur chambre, en pleine nuit, juste pour « voir ce que ça faisait ». Un rire, un mouvement brusque et les flammes s’étaient mises à ronger les draps, les tapis… La maison toute entière. L’un des deux frères avaient hurlé bien sûr, ils étaient sorti de là en appelant leurs parents, en criant. Il y avait eu des larmes, de la peur et finalement, une mauvaise nouvelle.

Antoine poussa lentement la porte de la salle à manger et entra en traînant les pieds. Droite comme un I sur une chaise, sa grand-mère l’attendait. Elle regarda son petit-fils avancer jusqu’à elle, le regard rivé sur les motifs verts du tapis. « Tu as quelque chose à me dire, je crois. » Pas un mot ne sortit de la bouche du garçon qui fixait toujours le sol comme s’il contenait une réponse magique. « Regarde-moi quand je te parle, s’il te plaît. » C’était difficile de lever les yeux pour rencontrer ceux, bleu glace, de sa grand-mère. Madame Chevalier, la mère de son père, était une vieille Française rongée par la maladie qui conservait un caractère… Exceptionnel. Elle avait accueilli ses deux petits-fils après l’incendie qui avait emporté leurs parents. Elle leur avait offert un toit, une éducation et de l’amour, même si celui-ci s’était fait discret. « Regarde-toi. Tu devrais avoir honte. » Les paroles de la vieille femme glacèrent le garçon de bientôt quatorze ans jusqu’aux os. Les critiques déçues de madame Chevalier, c’était devenu son démon personnel. Il ne l’aimait pas, pas vraiment du moins, mais il avait de l’estime pour elle. Et il tenait à ce que l’inverse soit vrai aussi. « Un garçon ne frappe jamais une fille, Antoine. Il utilise les mots pour se défendre. » Le oui, grand-mère qu’il aurait aimé répondre resta coincé dans sa gorge alors il se contenta simplement d’opiner du bonnet. « J’aimerais recevoir des félicitations pour ton bon travail en classe, et non pas pour de la violence. » Et pourtant, tu as aimé ça. Antoine sentit son cœur battre plus vite, la peur envahir son esprit, son corps. Cette voix, elle s’était manifesté devant cette fille qu’il avait frappé, l’enjoignant à se défendre, à être le plus fort. Elle lui avait dit qu’il aimerait ça, et effectivement il avait adoré le sentiment de puissance. Et elle était là, encore. Elle ne le quittait plus, elle se terrait là, à la limite de sa conscience. Il ne pouvait pas aller la chercher, mais il ne pouvait pas non plus la fuir. Elle venait, c’était tout.

Tremblant, Antoine joignit ses mains comme s’il priait, goûtant à la sensation étrange qu’était celle du sang mouillant ses doigts. La voix lui avait chuchoté d’essayer, juste pour voir, et il avait obéi. Ça avait été long, de piéger un pigeon dans sa chambre. L’attraper à mains nues avait été encore plus difficile. Mais, supporté par sa camarade mentale, il avait persévéré. Il avait senti la vie quitter le petit animal, et il avait aussi senti à quel point la voix aimait ça. Ses propres sentiments étaient confus, partagés. Il tremblait de peur, il le savait. Lentement, le sang séchait sur ses doigts, sous ses ongles. Il est beau, il est magnifique ! Antoine ne répondit pas aux cris de joie de sa compagne, indubitablement féminine. Il se contentait de fixer ses mains jointes, assis en tailleur au milieu de sa chambre. Il ne tremblait pas de peur, en fin de compte. Il tremblait d’excitation. Et puis la pire chose qui pouvait arriver, arriva. Sa grand-mère s’annonça de sa toux caractéristique mais, hypnotisé par son spectacle, le garçon n’entendit rien arriver. Il sursauta violemment quand la porte s’ouvrit, lâchant un cri de surprise. « … Antoine ? »

La voix l’avait quitté après ce jour-là. Elle n’était pas partie de son plein-gré mais quand grand-mère Chevalier souhaitait quelque chose, elle finissait par l’obtenir. Ce départ, elle l’avait obtenu à coup de médicaments. Antoine les avait sagement pris, la voix s’en était allée et tout était plus ou moins entré dans l’ordre. C’était par vague que cela fonctionnait. Parfois, tout allait bien dans le meilleur des mondes et parfois, la voix revenait malgré tout. Et parfois, elle se taisait pour de bon des mois durant. Le garçon avait lentement grandi dans la vaste maison parisienne, il avait aussi suivi les traces de son frère aîné. Harry, c’était son modèle, son dieu vivant. Il était doué, il était marié, il était bon chrétien… Bien évidemment, Antoine devait suivre la même voie, aussi madame Chevalier s’empressa de faire fonctionner ses relations. Elle trouva bien rapidement une fiancée pour son second petit-fils qu’elle avait finalement fait entrer dans le rang. La demoiselle en question s’appelait Lucie Devillers. Elle était jolie, gentille, avait l’âge de Antoine… Mais il ne l’aimait pas vraiment. A dix-neuf ans, le jeune homme qu’il était devenu se retrouva marié à cette charmante créature, tout en sachant qu’il y avait la voix quelque part en lui. Les deux n’allaient pas ensemble, mais grand-mère Chevalier semblait avoir oublié ce détail. Pourtant, la voix s’était faite de plus en plus silencieuse et ses pics de puissance s’étaient espacés jusqu’à devenir inexistant. Le temps passait lentement aux côtés de Lucie, même si Antoine avait appris à l’apprécier. Longtemps, il avait refusé de lui donner un enfant. Il n’en voulait pas, ça lui faisait peur et d’ailleurs, il n’aurait pas su être père. Et puis il y avait eu l’épisode Sezaïc. C’était une drôle de femme elle, plus jeune que lui. Il était tombé amoureux de son caractère particulier, d’elle toute entière. Il l’aimait comme il n’aimerait jamais Lucie, probablement, même s’il ne s’en était pas tout de suite aperçu. Et puis…

The Game is on.
Elle était partie. Appuyé sur le robinet de la salle de bain, Antoine s’observait dans le miroir. Son reflet lui renvoyait l’image d’un gars morne. Triste. Lucie avait bien senti que son compagnon n’allait pas bien et dans sa naïveté, elle avait essayé de lui remonter le moral. Elle lui avait chuchoté des mots doux, des mots d’amour. Elle lui avait certifié qu’elle était à lui, comme si cela avait un jour eu de l’importance pour Antoine. Et lui, il avait l’impression qu’une part de lui-même s’en était allée avec Sezaïc, fuyant Belfast, le fuyant lui. Entouré mais se sentant plus seul que jamais, il s’était isolé. Il n’avait pas envie d’entendre Lucie et sa voix douce. Il n’avait pas non plus envie de se dire que de toute façon, il était un homme marié et qu’il n’aurait jamais eu de vie avec la demoiselle qui avait fui. Quoi que… Il n’avait jamais quitté Lucie car avant ce départ précipité, il n’avait pas compris à quel point il détestait ce mariage, combien il avait envie d’autre chose. Le autre chose en question lui était passé sous le nez. Bien évidemment, la voix sauta sur l’occasion et bientôt, il se retrouva à verser chacune de ses petites pilules dans le robinet. Plus que deux. Plus qu’une. La voix serait libre de revenir, de jouer.


Deux ans plus tard.
Assassinat dans les rues de Londres.
Les premières victimes avaient toutes été retrouvées en banlieue parisienne et pourtant, il semblerait bien que l’As de Cœur ait traversé la Manche. Un corps a été retrouvé dans la soirée à Londres, une petite carte d’as de cœur glissé dans sa poche intérieure. Le procédé semblant reproduire un rituel est apparemment identique à celui du tueur parisien mais les autorités communiqueront davantage de détails une fois les dernières analyses faites. La possibilité de l’existence d’un imitateur n’est pas à exclure.

Le petit bracelet en argent lui resta dans les doigts et il le fit machinalement passer autour de son propre poignet. Ce bracelet, il l’avait pris à une victime des mois plus tôt, comme souvenir. L’homme en face de lui avait sauté en arrière et le dévisageait à présent, les yeux brûlant de la fièvre du combat. Les autres ne se débattaient pas ainsi d’habitude, et Antoine n’aimait pas ça. Ce n’était pas normal, c’était… dangereux. La voix non plus n’aimait pas mais elle avait insisté. Acculé dans un coin de la pièce, Antoine attendait l’offensive. Il ne savait pas trop à quel moment un simple rituel commandé par la voix avait dérapé en duel violent et meurtrier mais son instinct lui criait d’être prudent. L’autre tenait une carte à la main, un As de cœur. « Des mois que j’enquête. J’ai gagné. » Bientôt, l’adversaire se jeta à sa rencontre et ils ne rencontrèrent que du vide. Antoine s’était volontairement jeté dans le vide avec l’enquêteur.

Il s’appelait Théodore. C’était du moins ce que nous avions déduit du bracelet en argent qui entourait son poignet. Il avait été retrouvé il y a quelques jours en bas d’un immeuble, à côté d’un type qui n’avait pas eu sa chance. Les deux hommes étaient visiblement passés par une fenêtre bien plus haute : l’un était ici, le second était à la morgue. Et celui qui avait perdu la vie n’était pas n’importe qui. Une enquête était toujours en cours mais les enquêteurs commençaient à démêler les fils de l’histoire. Mathieu Raynaud était l’As de Cœur. Les dates, la nationalité, l’arrivée en Angleterre… Tout concordait avec le profil du tueur. Il avait probablement trouvé une nouvelle victime en ce Théodore mais l’entreprise avait mal tournée Il s’était défendue et le vide s’était précipité à leur rencontre. Rien ne venait affirmer les faits puisque le potentiel assassin ne pouvait plus répondre. Quant au second, la chute lui avait laissé une amnésie importante. Incapable de relater les faits de cette soirée. La situation était bizarre pour nous autres. Nous n’avions qu’un prénom et un visage, rien d’autre. Il n’avait pas d’accent particulièrement marqué, bien qu’on sente une pointe d’irlandais là-derrière. Ou de français. Ou un mélange des deux. Personne n’avait lancé d’avis de recherche à son adresse. Un véritable fantôme, ce Théodore. C’est quelqu’un de sage, mais nous n’avons aucune idée de la marche à suivre. Il va sans doute rester encore un peu ici et ensuite… J’imagine qu’il reprendra sa vie. Ou qu’il en commencera une nouvelle. Sans identité, impossible de retrouver le passé.

Sept mois plus tard.
Théodore Turner descendit du taxi qui l’avait mené jusqu’ici. La raison pour laquelle il avait choisi Belfast lui était encore obscure. Quand on lui avait demandé où il souhaitait se rendre, maintenant, il avait choisi aussitôt cette ville. Son nom trouvait encore des échos en lui, et il était presque sûr d’y être déjà allé. Presque, car tout se mélangeait dans sa tête. Quand il croyait avoir retrouvé un fragment de souvenir, celui-ci ne lui échappait que davantage. Théodore n’avait rien, excepté une valise, un peu d’argent et une chambre d’hôtel louée pour quelques mois. La ville lui apparut après quelques pas et il resta là, à l’observer, un long moment. Cette fois-ci, il en était certain : il était déjà venu par ici dans le passé. Quand, comment, pourquoi, il n’en avait aucune idée, mais il était venu ici. Belfast, une ville au taux de criminalité surélevé. Belfast, sa ville.

La voix ne s'était pas manifestée depuis l'accident. Elle était en sommeil, ronronnant quelque part à la périphérie de son esprit. Là où Antoine l'aurait aussitôt repérée, Théodore ne faisait que suspecter sa présence. Comme quelque chose qu'il apercevrait du coin de l’œil mais qu'il n'arriverait jamais à saisir. Mais elle n'était jamais partie et, si elle dormait, c'était peut-être simplement à cause de ses médicaments.

pseudo/prénom ➸ .ipar haizea âge ➸ dix-sept ans, dix-huit cet été. comment as-tu connu broken arrow ➸ merci bazzart, je crois, mais je suis là depuis avril. Arrow comment trouves-tu le forum ➸ terriblement laid et nul, d'où ma présence sur ce bijou. un dernier mot ➸ TUT.


Dernière édition par Théodore A. Turner le Jeu 29 Mai - 18:22, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Lun 26 Mai - 20:17

REBIENVENUE CACAHUÈTE DE L'ESPACE !   
Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Lun 26 Mai - 20:19

OKAY JE VEUX UN LIEN PARCE QUE DAVID QUOI      ET QU'EN PLUS T'ES LE PERE psychopathe DU GAMIN DE SEZAÏC      
En tout cas rebienvenue sur le forum            

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y

avatar

the victim

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 13/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 550


∞ DOUBLE COMPTE : percy matheson

∞ RP DISPONIBLE : oui



Lun 26 Mai - 20:27

CA VA ETRE EPIQUE                
REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE            

_________________


I'm holding on your rope, got me ten feet off the ground and I'm hearing what you say. But I just can't make a sound. You tell me that you need me. Then you go and cut me down, but wait...You tell me that you're sorry. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t73-sezaic-sometimes-it-seems-the-g

avatar

Invité
Invité



Lun 26 Mai - 20:30

DAAAAAAAAAAAAAAVIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIID   
Re bienvenue jeune membre et bon courage à toi pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Lun 26 Mai - 20:45

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH MON ACTEUR PRÉFÉRÉ DE MON AMOUR DE MON COEUUUUUUUUR

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Lun 26 Mai - 21:52

Lu → Cacahuète toi-même. 
Merci merci ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Mar 27 Mai - 12:42

Re bienvenue Wink
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Mer 28 Mai - 23:44

Merci ! Présentation terminée. ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Mer 28 Mai - 23:53

Bienvenue à toi ! Very Happy Je dois dire que ton histoire est juste incroyable! J'ai adoré !    

Il nous fera un lien :0 Entre psychopathe :p   
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Jeu 29 Mai - 9:03

NAN MAIS LES GIFS DE PENNY QUOI      /retourne d'où il vient en bavant
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Jeu 29 Mai - 9:17

Daviiiiiiiiiiid ! Et puis franco-irlandais quoi comme Arsy : nous faut un lien !!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar

the victim

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 13/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 550


∞ DOUBLE COMPTE : percy matheson

∞ RP DISPONIBLE : oui



Jeu 29 Mai - 13:46

Ton histoire est totalement awesome      j'ai trop kiffé la lire quoi   .
en gros Sezaïc est coupable un peu du comportement du mec    

Je te valide avec plaisir   

_________________


I'm holding on your rope, got me ten feet off the ground and I'm hearing what you say. But I just can't make a sound. You tell me that you need me. Then you go and cut me down, but wait...You tell me that you're sorry. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t73-sezaic-sometimes-it-seems-the-g

avatar

Invité
Invité



Jeu 29 Mai - 14:20

Mercii. ♥️
D'une certaine façon, oui - Arrow
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

the dreamer boy. (théo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Urusei Yatsura - Beautiful Dreamer
» Message à l'ambassade d'Imperial Dreamer
» Dreamer's Life
» you may say i'm a dreamer
» Helen (Narae dreamer) : "Helen se la pète" bas p.1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
broken arrow :: REVEALS YOUR IDENTITY :: you've failed this city :: always it's okay-