AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le maire passe une annonce
Bienvenue sur Broken Arrow! I love you Nous sommes ravis de votre présence!
REOUVERTURE DU FORUM! LES NOUVEAUTES DANS LES ANNONCES I love you

Partagez | 
(rory) You lied to me !

avatar

Invité
Invité



Dim 25 Mai - 16:20




Dodo, dodo, Boulot !!!





Belfast, un mardi matin des plus pluvieux. En plus d’être gris, ce ciel irlandais était loin d’être accueillant, me donnant carrément envie de me rendormir. Malheureusement cette option n’était pas envisageable, l’appel du devoir allait m’empêcher de profiter de quelques heures en plus. Le fait d’être en retard n’allait pas être un problème, le problème était plus dans le fait que j’allais avoir une image bien différente de la part de mes salariés suite à ce retard. Mon image de patron en serait ternie. Je me levai donc de mon lit et filai dans la salle de bains afin d’avoir une allure présentable. Je sortis donc de l’hôtel après une bonne petite douche vêtu d’un costume gris et d’une chemise bleu ciel. Parapluie à la main, je me dirigeai vers ma voiture afin de me mettre enfin au travail.

Je me trouvai donc dans ma voiture, entrain de rouler à vive allure quand je vis un feu se dresser en travers de me route. Je décidai d’accélérer la cadence et de griller ce feu, je vis au dernier moment une silhouette faire son apparition près de cet obstacle. Les fortes pluies m’empêchaient de distinguer exactement cette personne mais ses cheveux longs et roux laissaient supposer qu’il s’agissait d’une femme. Furieux, je laissai exploser ma rage et donnai un bon coup de klaxon depuis ma Audi tout en tapotant le volant du bout de mes doigts. Cette stupide personne se permettait de prendre son temps lors de sa traversée sur le passage piéton. J’en profitai pour redonner une série coups de klaxons à cette passante afin de reprendre ma route.
Après avoir perdu mon temps avec cette passante et les embouteillages, j’arrivai enfin au bureau. Un bâtiment de taille moyenne semblable à ce que l’on pouvait trouver outre-Atlantique. J’entrai donc dans l’immeuble et me tourna vers l’ascenseur quand j’entrevis cette même silhouette monter dans l’ascenseur que  je souhaitais prendre. C’en était trop. La bonne humeur que je souhaitais avoir n’était pas prête de revenir. Je pris ce satané ascenseur et me dirigea vers mon bureau. Je vis ma secrétaire se précipiter vers moi.

Ashley.

Monsieur…


Quoi "monsieur" ?!!!! ajoutai-je à en haussant le ton

Eh bien j’étais juste venu vous faire un rappel dans la journée comme vous me l’aviez demandé hier. Alors…Vous avez une candidate pour le poste que vous avez souhaitée ainsi qu’une réunion avec le CA à 10 heures.

Je pouvais le voir de par son  regard. Elle était perturbée, intimidée, énormément. Cette manière de s’approcher, de m’informer accentuait cette impression de peur qu’elle semblait avoir. Et pour ne rien arranger, elle bafouillait. La pauvre, c’était à la fois ridicule et adorable. Je commençais à éprouver une forme de compassion vis-à-vis de ma secrétaire. Il était inutile de la rabaisser encore plus et de me défouler honteusement sur mes employés à cause de ma mauvaise humeur.

Merci Ashley.
lui dis-je en esquissant un léger sourire.

Elle retourna donc dans son bureau afin d’effectuer des tâches plus administratives. Je pris place dans le mien pour y déposer mes affaires et réétudier vaguement le cv avant de ressortir et de me précipiter vers la salle d’attente. Nous avions quelques minutes de retard, rien de bien grave à mes yeux. J’allais enfin voir le visage de cette fameuse candidate. Une candidate à première vue pleine de qualités et qualifiée mais en manque d’expérience, une femme qui allait devoir se montrer convaincante, une femme qui avait pour nom…

Rory Matheson ?


Spoiler:
 

© Halloween


Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Lun 26 Mai - 17:35


you lie to me
nathaniel & rory
Comment bien commencer une journée. Première étape : se lever de bonheur pour ne pas être en retard. Deuxième étape : ouvrir ces volets et voir un magnifique soleil. Troisième étape. Non, en fait on peut oublier la troisième étape. Les deux premières ne sont même pas validé. Je me suis réveillée avec une demie-heure de retard. Et ensuite, j'avais le magnifique temps que nous offrait Belfast quasiment tout au long de l'année. C'est-à-dire un ciel gris et menaçant. Une averse, voir plusieurs, allait s'abbattre sur la ville. Ce n'était qu'une question de temps. J'étais sortie à toute vitesse de ma chambre, mon frère me regardait avec un immense sourire. Ce n'était décidément pas le jour à être en retard. Vraiment pas. Alors que je me cognais dans tous les meubles qui se trouvaient sur mon chemin pour me préparer, j'entendis mon frère rire. C'est vrai que d'un point vu extérieur, la scène devait absolument comique. J'avais demandé à Priam, s'il pouvait me passer sa voiture. Sa réponse ? Non. Bon comme ça, j'allais continuer sur ma lancée d'avoir une mauvaise journée. Enfin s'il m'avait refusé ça, c'était parce qu'il avait un rendez-vous. Bon, cela voulait dire que je devais me rentrer sur le lieu de mon entretien à pied. La journée commençait vraiment très bien.

Cela ne pouvait pas être. Enfin c'est ce que je pensais. Mais cette phrase porte malheur. Dès qu'on la prononce ou qu'on ose malheureusement la penser, la situation devenait pire. J'étais partie chez moi sans parapluie alors qu'il pouvait pleuvoir à tout moment. Oui, j'étais complètement inconsciente. Et j'allais en payer le prix. Alors que j'étais à mi-chemin de mon potentiel nouveau lieu de travail, il s'était mis à pleuvoir. Encore si ce n'était qu'une petite averse, cela aurait pu le faire, mais ce n'était pas le cas. Et je ne pouvais pas m'abriter quelque part le temps que cette averse ne cesse. Pas avec le retard que j'avais. Alors je continuais mon chemin, sous cette pluie battant. Je ne me serais quasiment pas préparer ce matin, cela aurait été la même chose. Et comme si cela ne suffisait pas, j'avais failli me faire écraser. Et je n'étais même pas en tort ! Son feu était rouge et j'avais totalement le droit de traverser la route. Mais apparemment, cet imbécile voulait le griller. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il a klaxonné. Comme si c'était de ma faute ! Enfin bref, je ne m'étais pas attardé et je continuais mon chemin jusqu'à l'immeuble. Au final, je n'étais pas arrivée si en retard que ça. Enfin, j'avais même quelques minutes d'avance. Enfin .. d'avance au moment où j'entrais dans le bâtiment. Pas sur le lieu exact où j'avais mon rendez-vous. Je n'avais qu'un ascenseur à prendre et aller j'arriverais enfin. Je m'étais mise à courir pour avoir l'ascenseur. Et quasiment au même moment, un homme y était entré aussi. Apparemment, il avait l'air de mauvais humeeur. Je n'avais pas fait trop attention à lui, préférant me redonner une apparence vraiment plus présentable pour cet entretien d'embauche. Une fois arrivée à l'étage concerné - ce qui fut apparemment aussi le cas pour celui qui n'était pas de très bonne humeur - je commençais à légèrement paniqué. Tout allait bien se passer. Après tout, ce n'était qu'un entretien. Il allait regarder mon CV, certainement dire que j'avais fait un parcours intéressant et j'allais faire de grand sourire en acquiesçant. Intéressant, ça il l'était. Vrai. Ca c'était une autre histoire. J'avais peut-être légèrement menti sur certains points, comme par exemple l'université où j'étais allée. Je n'y avais jamais mis les pieds. Mais à part ça, il ne fallait pas que je panique. Je m'étais assise sur un des sièges de la salle d'attente, jouant avec mes cheveux. Tout allait bien se passer. [color:ab3f=##3366ff]« Rory Matheson ? » Je m'étais levée d'un coup, avait un grand sourire sur le visage et regardait la personne qui avait parlé. « Oui, c'est moi. » D'un coup, mon sourire s'était figé et était légèrement devenu crispé. Cet homme. C'était celui de l'ascenseur. Celui qui était de mauvaise humeur. Celui qui m'avait dans un état épouvantable - enfin s'il avait fait attention à moi. Et la seule chose que j'avais dit c'était : Oui, c'est moi. Qui cela pouvait être d'autre. Il n'y avait que moi dans la pièce. Enfin, cela aurait pu être pire. J'aurais pu dire 'Présente', comme s'il était en train de faire l'appel de ses élèves.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y

avatar

Invité
Invité



Lun 26 Mai - 23:37




RELAX !! Take it Easy !!




Ce visage, cette silhouette, c’était la même que j’avais entrevu sous le feu. Cette femme de petite taille aux cheveux roux qui avait osé me retarder. Cette petite garce m’avait gâché ma matinée en jouant à la marelle sur le passage piéton. Elle avait continué à me casser sur les haricots en se jetant sur l’ascenseur. Qui l’eût cru ? Je n’aurai jamais pensé me retrouver nez-à-nez à cette chipie. J’en étais stupéfait. Elle se tenait devant moi bien droite, avec un léger sourire sur ses lèvres, attendant probablement que je prenne la parole afin de lui dire de me suivre dans mon bureau. J’eus un léger moment d’absence. La jeune demoiselle s’était contentée d’un banal…

« Oui, c’est moi »

C’était le genre de comportements que je détestais par-dessus tout. Cela me rappelait ces personnes que je côtoyais du temps où j’étais assis derrière les bancs de l’école. Ces êtres tout sourire, toujours là pour satisfaire les petits besoins des enseignants, des personnes plus connues sous le nom de « lèche-botte » ou « fayot ». Etrangement, cette impression n’était pas la même sur cette jeune candidate, ou du moins, pas aussi importante, ce qui, mine de rien, avait son petit charme.  Bouche-bée puis  fronçant légèrement les sourcils, je la regardais de haut en bas, de manière furtive avant de hausser légèrement mon sourcil gauche de manière discrète, histoire d’avoir à éviter de me pincer ou à me donner des claques ou encore même de cligner des yeux. Quoi qu’il en soit elle était bien là, prête, motivée, plus que moi d’ailleurs, ce qui pouvait bien évidemment se comprendre  vu l’enjeu. C’était du moins son attitude avant qu’elle ne me réponde. Notre chère candidate adopta ensuite une aptitude plus inquiétante. Cela devait être sûrement dû au stress. Je ne pus alors m’empêcher d’intervenir.

Allons !! Détendez-vous ! lui dis-je d’un air des plus rassurant.

En effet, c’était ce dont elle avait besoin, il fallait absolument qu’elle se détende, qu’elle ait toute sa tête afin de pouvoir interagir tranquillement avec moi. Je faisais cela pour l’aider et surtout pour la tester. Il était grand temps de rejoindre mon bureau, lieu de l’entretien.

Suivez-moi.

Je fis alors face au couloir qui se trouvait en face de moi il y a encore quelques secondes, adoptant une démarche hâtive. J’avançais de portes en portes voyants plusieurs salariés, ne me souciant presque plus de la petite chipie. Des visages représentant les multiples facettes de mon entreprise. Il y avait tout d’abord ce jeune garçon qui tournoyait sur sa chaise avec un crayon à papier sur son oreille et une boulette de papier qu’il faisait jongler à l’aire de sa main droite, le tout en étant au téléphone, sans doute entrain de convaincre un client. Décontracté mais efficace. Mon propre reflet à mes débuts. Heureusement pour lui je n'avais pas le suffisamment de temps pour le recadrer. Je vis ensuite une jeune femme, brune à l’allure légèrement autoritaire mais élégante. Elle croisa ma route dans ce même couloir et me regarda passer avec un grand sourire que je lui rendis presque instantanément. Il s’agissait d’Ashley, ma secrétaire, un véritable modèle de perfectionnisme. Plus l’on s’approchait de mon bureau et plus on entendait les tapotements des salariés de la salle commune sur les ordinateurs ainsi que les millions de clics de leurs souris.

Nous nous arrêtâmes donc avant la fameuse salle. Arrivé dans mon bureau, je ne pus m’empêcher de la contempler comme j’avais l’habitude de le faire. La première chose que je faisais dans cette situation c’était d’admirer ce canapé design long en cuir de couleur noir. Ensuite, je relevais souvent la tête pour regarder ma magnifique bibliothèque. Une bibliothèque se tenant sur deux grandes rangées. Une à gauche de mon bureau et l’autre à droite. Cette bibliothèque était le reflet de ma passion pour la littérature. Elle montrait au monde l’étendue de mon savoir. Les deux tableaux que j’avais mis à côté de ces bibliothèques accentuaient cette impression de  haute-estime de ma culture. Je contournais alors mon bureau avant de faire face ne serait-ce qu’un instant à la magnifique vue que m’offrait cette pièce sur Belfast. Belle vue bien évidemment gâchée par ce temps des plus déprimants. Je balançai son CV ainsi que sa lettre de motivation sur la table dans le but de libérer mes mains de cette entrave. Documents qui allaient être ensuite remplacés par une paire de lunettes qui allaient se poser sur mon nez.

Je vous en prie. Asseyez-vous ! lui dis-je tout sourire en lui faisant signe de s’asseoir sur la chaise se trouvant tout près d’elle

Assis confortablement sur mon siège en cuir, je m’accoudai sur la table, le corps légèrement penché vers la droite, la paume de ma main soutenant ma tête. Je la regardais en esquissant un léger sourire le tout en faisant tournoyer mon stylo.

Alors dîtes-moi. Que pensez-vous pouvoir apporter à InterCom ?

Frapper fort. Toujours


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Ven 30 Mai - 17:48

you lie to me
nathaniel & rory
Pourquoi fallait-il que la chance ne soit pas avec moi aujourd'hui. Sérieusement, pourquoi ? J'avais mal commencé cette journée, mais je pensais que par la suite, tout allait s'arranger. Et bien, non ! Qu'est-ce que j'avais fait de mal ? C'était ma punition pour avoir légèrement menti sur mon CV ? Ou alors pour le fait d'avoir trafiqué quelques sites - celui de l'université - pour faire en sorte que s'il vérifie les infos, il n'y ait pas de problème. Oh, mais ce n'était pas grand-chose. J'avais juste essayé de faire en en sorte que les chances d'obtenir ce travail m'était un peu plus favorable. Eh bien, les chances étaient vite redescendues. Foutu karma ! 'Oui, c'est moi.' C'est sans doute la chose la plus stupide que je vais dire aujourd'hui. Quoi que non. Avec le stress, je vais sortir des choses encore plus stupides. Mon sourire s'était légèrement figé, lorsque j'avais reconnu mon potentiel futur patron. Génial, le mec de l'ascenseur qui avait l'air de mauvaise humeur. Peut-être qu'il en avait juste l'air, qu'il ne l'était pas. Et ce n'était sans doute pas mon futur patron. Il avait l'air jeune quand même. Peut-être qu'il s'occupait juste des entretiens. [color:fde8=##3366ff]« Allons !! Détendez-vous ! » Son expression avait changé. Il avait l'air un peu plus de bonne humeur. C'était rassurant. Beaucoup plus rassurant. Enfin, j'étais toujours stressée, mais peut-être un peu moins qu'avant. « Suivez-moi. » Prenant mon sac, je soupirais légèrement. Il fallait que je reste calme et tout allait bien se passer. Je suivais donc l'homme. On passait dans une pièce où il y avait d'autres employés. Mes potentiels futurs collègues. J'allais travailler ici. Enfin peut-être. Travailler dans un bureau. Si la Rory du lycée savait ça, elle rigolerait sûrement et penserait que c'était une blague. Et pourtant non. J'allais potentiellement travailler dans un bureau. Moi qui pensais que je n'aurais jamais ce genre de travail. Comme quoi les choses changent. Et au bout d'un moment, nous étions arrivés dans une salle. Son bureau. Et de nouveau, je commençais à stresser énormément. Je respirais un grand coup. Calme. Je devais l'être sinon, cet entretien sera voué à l'échec. « Je vous en prie. Asseyez-vous ! » Je m'étais assise en face de lui tout en replaçant une de mèches derrière mon oreille. J'avais toujours ce petit sourire sur mon visage. Il fallait que je montre que j'étais sûre de moi, que je n'étais pas stressé. Tout allait bien se passer. « Alors dîtes-moi. Que pensez-vous pouvoir apporter à InterCom ? » Ce que je peux apporter à Intercom ? Rien. Absolument rien. Non, mais si tu dit ça idiote, tu n'aurais jamais le job. Je devais trouver les bons mots. La bonne raison. Je devais .. Je ne sais pas ce que je devais faire. Ne pas paniquer. Rester calme. S'il voyait que je paniquais, c'était foutu d'avance. Je respirais un grand coup avant de lui répondre avec un léger sourire. « De la nouveauté. Enfin, je veux dire grâce à mes nombreuses expériences de travail. J'ai toujours aimé toucher un peu à tous les domaines. » Traduction : Je ne sais absolument pas quoi faire de mon avenir donc je touche à tout, quitte à garder un job pendant quelques semaines, voir quelques mois. Mais ça, il n'avait pas besoin besoin de le savoir. Enfin quoi que ça soit indiqué sur mon CV. CV sur lequel j'avais légèrement menti. Mais trois fois rien. « Donc, je pense que grâce à ça, je peux apporter de la nouveauté à cette entreprise. » De la nouveauté au service informatique ... Bien sûr. Je commençais très mal cette entretient. J'espérais juste que j'allais me rattraper sur les prochaines questions qu'il allait me poser. Enfin, s'il y en avait des prochaines.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y

avatar

Invité
Invité



Dim 1 Juin - 23:07





Are You Lying To Me ?




De la nouveauté ? Je vois…

Je regardais donc les deux documents qu’étaient son curriculum vitae et sa lettre de motivation. Ainsi donc, cette jeune demoiselle pensait pouvoir apporter de la nouveauté au sein de l’entreprise. De la nouveauté ? C’était plutôt vague comme terme et beaucoup trop utilisé. J’avais eu l’habitude d’entendre ce mot-là à longueur de journée ces derniers temps. Je n’étais donc pas surpris de l’entendre à nouveau, loin de là. J’éprouvai plutôt une forme de lassitude. En effet, tous ceux que j’avais mis à l’essai ces derniers mois ne m’avaient pas convaincus, parlant eux aussi de nouveauté, de changement. Résultat, ils n’avaient rien apporté si ce n’est des pertes. Cette déception était donc justifiée. J’en attendais donc la même chose de la part de notre chère candidate. Les mots qu'elle avait prononcé avaient donc laissé un certain doute au plus profond de moi.
Elle ajouta ensuite qu’elle avait bénéficié de nombreuses expériences avant d’atterrir ici. De nombreuses expériences professionnelles à un âge aussi jeune ? C’était possible. Cependant, une autre hypothèse était plus envisageable. En effet, il se pourrait que cette personne ait menti sur un élément important de son cv. Mais lequel ? Un mensonge sur son parcours scolaire me semblait peu plausible. L’option la plus logique serait donc un mensonge sur le plan professionnel. Il était donc impossible de suivre de telles études en ayant un parcours professionnel assez important à son âge. Je me devais donc de mettre un terme à cette mascarade.


Et donc vous avez étudié au Queen’s University de Belfast ? Plutôt intéressant. Je vois que vous avez travaillé dans pas mal d’entreprises. Vous avez apparemment les qualités requises pour ce poste mais j’aurais encore quelques questions à vous poser. Vous avez donc eu le temps de travailler au sein de ces entreprises tout en restant à la Faculté ? Je veux dire, c’est plutôt difficile, voire impossible à réaliser.



Dans le mil, elle ne pouvait donc pas nier le fait qu’elle avait menti par rapport à son parcours professionnel. Son avenir allait se décider d’ici peu. Tout allait dépendre de sa réponse. Une colère commençait à s’emparer de moi, prêt à bondir sur ma proie. Je la contenais du mieux que je pouvais. Ma rage et ma déception vis-à-vis de cette personne étaient tellement grandes que j’en avais presque oublié pendant un très bref instant les raisons pour lesquelles nous nous trouvions dans mon bureau. Par pur question de professionnalisme, je ne pouvais pas me permettre d’interrompre l’entretien immédiatement sans avoir la
certitude qu’elle était bel et bien en train de me mentir.

Quels sont vos forces et vos faiblesses ?

La question piège basique sur laquelle tombait les candidats. J’adorais les cuisiner de la sorte, leur poser des questions sur ce qu’ils étaient réellement ou pas. Tout ce qu’ils avaient à faire était de bien y répondre sous peine de passer à la trappe. Je me réjouissais d’avance de la réponse qu’elle allait me proposer, mes mains se caressant l’une contre l’autre tout en me doutant qu’elle se tromperait quelque part, qu’elle y laisse une ouverture. C’était du moins ce que je souhaitais. Il était aussi possible qu’elle me surprenne à sa manière, en disant la vérité.

© Halloween


Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Mar 3 Juin - 20:00

you lie to me
nathaniel & rory
Il fallait que je me reprenne, parce que si je continuais comme ça durant cet entretien, je n'allais vraiment pas avoir ce travail. Et Dieu sait que j'en avais besoin en ce moment. Je n'allais quand même pas rester sans rien faire à l'appartement de mon frère. Donc oui, j'avais besoin de ce travail. Déjà pour pouvoir m'occuper la journée. Mais aussi gagner un peu d'argent pour en pouvoir mettre de côté pour que je puisse me trouver mon propre appartement. « De la nouveauté ? Je vois... » Je gardais mon sourire sur le visage. Je devais le garder. Je devais toujours avoir l'air confiante. Même si intérieurement c'était autre chose. Je repensais à ce que j'avais dit lorsqu'il m'avait demandé ce que je pouvais apporter à cette entreprise. Non, mais de la nouveauté. C'est exactement le genre de choses qui doit être dit le plus souvent dans les entretiens d'embauche. Bravo Rory pour l'originalité ! J'aurais dû dire que j'apporterais un peu de rousseur, là ça aurait été original ! Sans intérêt - tout comme la nouveauté - mais original ! Et je lui avais dit que j'avais bénéficié de nombreuses expériences dans des entreprises. Là, ce n'était pas un mensonge. J'avais sans doute arrêté mes études et n'avait jamais mis les pieds dans une université, mais sur ça, je n'avais pas menti. Toutes les entreprises qui étaient marquées sur mon CV étaient des entreprises où j'avais réellement travaillé. Durant quelques semaines, mois, années pour ce qui est de l'organisation de mariage, mais je n'avais pas menti sur ça. Au moins, un point où je pourrais être sûre de moi s'il me pose des questions sur ça. « Et donc vous avez étudié au Queen's University de Belfast ? Plutôt intéressant. Je vois que vous avez travaillé dans pas mal d'entreprises. Vous avez apparemment les qualités requises pour ce poste mais j'aurais encore quelques questions à vous poser. Vous avez donc eu le temps de travailler au sein de ces entreprises tout en restant à la Faculté ? Je veux dire, c'est plutôt difficile, voir impossible à réaliser. » Je gardais mon sourire, qui s'était légèrement agrandi. Impossible à réaliser ? Mes deux frères l'avaient fait. Des amis l'avaient fait. Oui, travailler en même temps que ses études étaient choses communes. Enfin dans le milieu où je vivais, ce n'était pas quelque chose de si extraordinaire que ça. Quand les parents ne peuvent pas aider financièrement, il faut qu'on trouve quelque chose. Je n'étais pas un cas si exceptionnel que ça. Enfin, c'est toujours avec mon sourire que j'avais répondu à sa question. « C'est ça. Enfin, je travaillais à temps partiels dans ses entreprises pour que je puisse suivre mes études. Et mon emploi du temps était fait en sorte que je ne puisse pas rater trop de cours à cause de ça. C'était difficile, oui, c'est vrai, mais j'ai quand même réussi à m'en sortir et à obtenir mon diplôme. Après tout, je ne suis certainement pas la seule personne à avoir travaillé en même temps que de suivre ses études. » Sourire. Paraître sûre de soi. Voilà ce que je devais faire. Et j'avais l'impression que c'est ce que je faisais. Après tout, je lui avais répondu sans douter sur quelque chose, en ayant l'impression d'avoir dit la vérité. Après tout, ce n'était pas totalement un mensonge. Je ne devais pas être la seule qui avait réussi à concilier études et travail. Je continuais de fixer l'homme qui se trouvait en face de moi. « Quels sont vos forces et vos faiblesses ? » La question que tout le monde pose dans les entretiens. La question piège. D'ailleurs, je ne comprenais pas pourquoi on posait ce genre de question. D'accord, je savais qu'il fallait faire de la sélection, mais quand même cette question était fourbe. Enfin, je pris quelques secondes de réflexions avant de lui répondre. « Je dirais que j'apprends très vite. On peut me dire quelque chose une fois et je la comprends immédiatement. Et je sais m'organiser aussi. Je ne me laisse pas me faire submerger par la quantité de travail. Je dirais que ce sont mes deux principales forces. » Commencer par mes qualités n'étaient sans doute peut-être pas une bonne idée. Il fallait que par la suite, je trouve un défaut qui pourrait sans doute passer pour une qualité. Enfin, de toute façon, je le sentais mal cet entretien. En tout cas, c'est ce que je ressentais lorsque je regardais l'homme qui se trouvait en face de moi. « Pour ce qui est de mes faiblesses ... Je dirais mon caractère. J'ai vraiment un sale tempérament. Quand quelque chose de me plait pas, je le fais savoir. Et j'agis souvent sous l'impulsivité, ce qui me fait dire ou faire des choses que je peux regretter par la suite. » Je continuais de le regarder. Pour l'instant, je n'avais - quasiment - pas menti. A part peut-être sur la partie de mes études, mais ça il ne devait pas le savoir. Et j'espère qu'il ne le saurait jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y

avatar

Invité
Invité



Lun 9 Juin - 21:45





IT'S A TRAP!!!!





J’avais légèrement exagéré les choses. Impossible de combler les deux ? Quelle énorme bêtise, bon nombre de personnes font ça .Cette jeune femme était plutôt tenace. La ténacité ? Elle en avait à revendre de par ses arguments notamment. Elle avait plutôt bien répondu à ma première question. En effet, de nombreux étudiants travaillaient à temps partiels afin de pouvoir subvenir à leurs besoins. Moi-même, j’étais passé autrefois par-là, même si ma notion de « travail à temps partiel » était bien différente de ce que la plupart des jeunes de mon âge avaient. En ce qui me concernait, il me fallait me battre, presque tous les jours, au sens propre bien évidemment. Alors que j’adoptais à un air de plus sérieux durant notre petit entretien, je me remémorais tous mes combats que j’ai eu à faire dans ces cages des bas-fonds de Tokyo, me forgeant, me détruisant mais surtout, détruisant les autres. Je ne me contentai pas forcément de « détruire » ces gens, je faisais d’eux mes victimes, les tuant littéralement. Je connaissais donc mieux qu’elle  la difficulté que pouvaient éprouver le fait de joindre les milieux professionnels et universitaires. J’avais survécu à tout ceci afin de devenir l’homme que j’étais aujourd’hui. Cette jeune candidate avait donc un parcours des plus ordinaires. Je devais donc creuser un peu plus afin d’avoir la certitude de ne pas enrôler n’importe qui.


Je dirais que j'apprends très vite. On peut me dire quelque chose une fois et je la comprends immédiatement. Et je sais m'organiser aussi. Je ne me laisse pas me faire submerger par la quantité de travail. Je dirais que ce sont mes deux principales forces.



Ainsi donc elle apprenait très vite. Plutôt intéressant, mais loin d’être original. A vrai dire, beaucoup de personnes se disaient très rapides dans l’apprentissage avant de voir leur bureau vidé et pris par une autre personne bien plus performante qu’elles. De plus ses problèmes caractériels pouvaient poser de gros problèmes si comme elle le dit elle a dû regretter ses paroles. Des petits conflits pourraient naître, nous faisant perdre en productivité. A l’inverse, le fait d’avoir quelqu’un pour remonter les bretelles des autres pourraient s’avérer très utile. Elle valait tout de même le coup d’avoir sa chance, comme tous les autres même si le résultat allait sûrement être le même. Plus que quelques questions avant de donner mon verdict. Oui ou non, c’était aussi simple que ça. Mais d’abord…

Pourriez-vous me décrire deux expériences professionnelles ? La meilleure à vos yeux et bien sûr la pire, la moins bénéfique, la plus infructueuse si vous préférez. Sans oublier de me parler de votre dernière expérience. A savoir si elle a été une réussite ou non ?


Je me devais de savoir sur qui j’allais tomber que ce soit dans l’aspect positif ou l’aspect négatif des choses. La partie positive m’importait peu, je voulais juste en savoir, un peu, voire beaucoup plus sur ses problèmes négatifs afin de m’enlever ce léger doute qui ne cessait de m’obscurcir l’esprit dans le but de me convaincre que cette demoiselle, aussi charmante soit-elle, ne ferait pas l’affaire. Je ne souhaitais qu’une chose et ce, sans vraiment le souhaiter, qu’elle ait eu des expériences infructueuses. Un léger sourire vint alors se glisser durant ma petite phase de réflexion, perturbant sûrement la jeune Rory.
© Halloween


Revenir en haut Aller en bas

avatar

the soldier

∞ ARRIVÉ(E) A BELFAST : 04/04/2014

∞ FLÈCHES TIRÉES : 579


∞ DOUBLE COMPTE : uc.

∞ RP DISPONIBLE : (0/2) libre ✥ libre

∞ PENSE-BÊTE : uc.




Jeu 12 Juin - 13:16

you lie to me
nathaniel & rory
Ne pas pouvoir combiner études et travail. Que c'était impossible. Sur le coup, je pensais que c'était légèrement idiot. Ou alors qu'il n'avait jamais eu de problème d'argent et que papa et maman lui aient payé ses études. Enfin, c'était ce que je pensais lorsqu'il m'avait fait la réflexion, qu'il n'était qu'un de ses enfants issus d'une famille plus qu'aisé à qui on pouvait tout payer. Cette pensée avait bien vite disparu. Après tout, je ne le connaissais pas. Peut-être qu'il avait dit ça, juste pour voir la réaction que j'allais adopter face à cette petite phrase. Je lui avais dit que ce n'était pas si impossible que ça et que de bons nombres d'étudiants étaient dans la même situation que moi. Enfin, pas exactement la même puisque je n'avais jamais fait ça, mais certains de mes amis avaient vécu cette expérience. Par la suite, il me demanda quelles pouvaient être mes forces et mes faiblesses. C'était sans doute une des pires questions pièges dans un entretien. Sans doute que la réponse que je lui avais apportée était banal, mais au point où j'en étais ça ne pouvait pas trop aggraver. Enfin je ne l'espérais pas. J'attendais les autres questions - non pas avec impatience, loin de là - enfin s'il y en avait d'autre. J'espérais que l'entretien se termine rapidement, j'avais l'impression que de ridiculiser plus qu'autre chose. « Pourriez-vous me décrire deux expériences professionnelles ? La meilleure à vos yeux et bien sûr la pire, la moins bénéfique, la plus infructueuse si vous préférez. Sans oublier de me parler de votre dernière expérience. A savoir si elle a été une réussite ou non ? » Deux expériences professionnelles. Il fallait que j'en choisisse deux parmi tout ce que j'avais pu faire. Je réfléchissais durant quelques instants, me pinçant légèrement la lèvre inférieure, avant de le regarder. Il avait un léger sourire. Je ne voulais absolument pas penser à quelle prochaine question piège il était en train de penser. « La meilleure de mes expériences professionnelles ... Je dirais c'est la dernière en date, où j'aidais à l'organisation de mariage. C'était vraiment enrichissant comme expérience. Que ce soit du côté humain, que du côté professionnel. C'est sans doute celle qui m'a apporté le plus de choses. Et je dirais que c'était une réussite dans l'ensemble. » Oui, on pouvait dire que c'était une réussite dans l'ensemble. Si on ne prenait pas en compte le fait qu'à la fin de cette expérience, je ruinais - involontairement, bien évidemment - leur idée de mariage parfait. Et puis après tout, on ne m'avait pas vraiment viré. On va dire que c'était un accord sur le fait que je parte. Le travail ne me rendait pas si heureuse que ça, me faisant me remémorer des souvenirs que je préférais oublier et je ne satisfaisais pas les clients. Oui, il fallait mieux que je parte de là-bas. Et pourtant malgré ça, c'était vraiment l'expérience la plus bénéfique que j'avais pu avoir. « Et la moins bénéfique. Je dirais quand j'ai travaillé dans un fast food. C'était vraiment, parce que j'avais besoin d'argent pour payer mes études. »terminais-je avec un léger sourire. Déjà qu'à la base je détestais les fast food, mais alors travailler là-bas n'avait fait que de renforcer ce dégoût.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brokenarrow.fr-bb.com/t20-rory-some-of-them-want-to-use-y


Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

(rory) You lied to me !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elfen Lied
» [ANIME] Elfen Lied
» Lied et Lieder
» Semaine 3 : épisode 6 (Rory's Birthday Parties)
» [Animé & Manga] Elfen Lied

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
broken arrow :: rp-