AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le maire passe une annonce
Bienvenue sur Broken Arrow! I love you Nous sommes ravis de votre présence!
REOUVERTURE DU FORUM! LES NOUVEAUTES DANS LES ANNONCES I love you

Partagez | 
Je ne m'attendais pas à toi- Toby Frankland

avatar

Invité
Invité



Lun 21 Avr - 21:40

Le soleil entrait par brides dans l'appartement, les rayons du soleils traversaient la chambre à travers les stores à moitiés fermés ce qui donnait à la chambre une ambiance un peu tamisée. La nuit avait courte encore une fois, mais je ne pouvais pas me permettre d'arriver en retard à mon travail. En plus ce matin je devais accueillir mon nouveau colocataire, du moins le futur colocataire. On s'était contacté par messagerie interposés principalement du coup je ne sais même pas à quoi il ressemble, mais peu m'importe, ce qui compte c'est que je ne sois pas toute seule ici, et qu'il pourra m'aider pour payer la facture de l'appartement aussi, avec les nouvelles installations que j'ai dissimulées dans ma penderie je ne peux qu'être contente d'avoir un peu d'aide. En parlant de la penderie il faudrait que je la ferme, on pourrait croire qu'il s'agit d'un vrai dressing lorsque les portes sont fermés, mais on les ouvrant on se rendrait compte que c'est une sorte de repère. J'ai deux ordinateurs d'installés et quelques épées et dagues accrochées dans les placards, sans parler des tenues que je porte le soir pour aller traquer les criminels. On me prendrait sans doute pour une folle si quelqu'un entrait ici. Il est grand temps que je sorte de mon lit et que je me prépare pour ne pas accueillir ce jeune homme en robe de nuit et pour être à l'heure au travail.

Une fois prête, vêtue d'une robe bleu et d'escarpins noirs, je me suis dirigée vers la cuisine en ayant pris compte de fermer ma chambre et de bien fermer la porte de mon dressing un peu particulier. J'ai à peine eu le temps de prendre une tasse pour me préparer un thé que la sonnette à retenti dans l'appartement. Il n'était pas en retard, c'était déjà ça. J'ai posé ma tasse et suis allée ouvrir. C'est un jeune homme brun qui se tenait derrière la porte, à première vu il m'aurait surtout fait penser à un étudiant un peu attardé qui n'avait pas fini ses études, mais qui sait peut-être qu'il peut être très sympa. Je lui ai souris en lui tendant la main et en me présentant :

« Bonjour Mr Frankland je suppose, bienvenue, entrez je vous en prie.»


Je ne savais pas trop comment agir car c'est la première fois que je fais une colocation, mais je préfère rester aimable et assez conventionnel. Je ne tiens pas à ce qu'il pense que je me la joue loin de là, mais en tant qu'avocate j'ai tendance à aimer les ce qui est conforme et conventionnel.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Mar 22 Avr - 21:15

Toby ∞ Christal
Je ne m'attendais pas à toi
Cher monsieur Frankland,
Suite au décès de votre propriétaire, nous avons le regret de vous informer que votre appartement va être revendu et qu'il vous faudra le quitter d'ici là deux mois.
Cordialement,
Votre Agence Immobilière préférée ♥»


Voilà deux mois que le courrier stagnait sur la petite table du salon et voilà deux mois que je n'y avais pas retouché. Pour dire vrai, cette histoire de changement d'appartement m'était complètement sortie de l'esprit et je me retrouvais à présent en situation d'urgence si je ne voulais pas finir sous un pont, mes meubles et moi. Un autre courrier avec une bande rouge m'avait été communiqué afin de me rappeler l'urgence que cela amenait et j'avais donc fait l'effort d'aller chercher un autre toit où dormir. Pas réellement motivé, la première chose qui me vint à l'esprit fut d'aller l'ordinateur et rechercher des annonces immobilières. Ne trouvant rien à mon goût, mais surtout étant particulièrement en colère contre toute agence immobilière, je décidai de me lancer dans une nouvelle perspective : avoir un colocataire.

C'était nouveau pour moi. Et peut être pas très prudent non plus. Mais vivre avec quelqu'un me changerait peut être des journées maussades que je passais à la maison lorsque j'y étais. Quant à mon activité « nocturne », je saurais très bien la justifier par mon travail. De toute manière, je n'avais pas de compte à rendre à quiconque et je sortais si je voulais sans avoir à me préoccuper de ce que l'on pouvait bien penser de moi.
Plusieurs annonces défilèrent devant mon écran jusqu'à ce qu'une retienne mon attention. Les photos montraient un appartement simple, grand et classieux, sans chichis. Cela reflétait déjà plus ma personnalité que les grands machins pleins de choses ne servant à rien et tellement sophistiqué que l'on ne savait pas comment s'en servir. Je détestais la technologie mais je n'avais rien contre un peu d'esthétisme. Quoiqu'au final, ça m'importait peu.

Je reçus une réponse très rapide de la personne qui avait posté l'annonce et après de brefs échanges, elle accepta que je puisse arriver dès le lendemain pour y faire un petit tour. De toute manière, c'était comme si c'était déjà décidé, d'autant plus qu'au point où j'en étais, je n'allais pas faire le difficile. Du moment que cette fille n'était pas trop dur à vivre et qu'elle ne soit pas trop curieuse à mon égard, je n'avais aucune exigence particulière.

Le jour arrivé, je sortis du travail plus tôt que d'habitude après y avoir obtenu l'autorisation et je pris la direction de l'adresse indiquée par la demoiselle avant d'y stationner ma bicyclette devant. Un homme sortant du bâtiment me tint la porte pour que je puisse entrer et je montai le premier étage jusqu'à arriver devant la porte de mon futur appartement. Je fis quelques petit tocs dessus, tout juste assez fort pour se faire entendre. Peu de temps après, une petite femme brune vêtue d'une robe bleue ouvrit et m'invita à entrer à l'intérieur.
« Bonjour Mr Frankland je suppose, bienvenue, entrez je vous en prie.»
Sa voix était accueillante et à première vue, elle avait l'air d'être une jeune femme bien dans sa peau, naturelle et plutôt facile à vivre. Je répondis à son invitation en m'introduisant dans la première pièce après la porte d'entrée et fis ainsi place dans un grand salon aux murs blanc. C'était une pièce ouverte à la lumière et qui n'était pas encombrée. La cuisine ouverte se trouvait juste à ma gauche et en face de moi se trouvait un couloir avec trois portes.
« Bonjour mademoiselle » prononça ma petite voix timide. J'étais assez mal à l'aise en compagnie d'une personne inconnue mais j'espérai travailler cela au plus vite. Tel était le but après tout.
« Vous.. avez là un bel appartement. Puis-je ? » demandai-je en me dirigeant doucement vers le couloir, la questionnant implicitement sur la possibilité de pouvoir voir le reste des lieux.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Lun 28 Avr - 23:52


Le jeune homme où l'homme?? je n'aurai pas su dire quel âge il avait tant il semblait comme intemporel, à première vu pas l'air très bavard, mais me semble d'être quelqu'un de posé, il n'a pas l'air d'un illuminé, enfin on ne peut pas toujours se fier aux première fois, il devait sans doute se dire que j'avais l'air de quelqu'un de normal, mais ne se doutait pas que j'avais une deuxième identité. Il entra d'un pas que j'aurais jugé timide, comme son allure en elle-même d'ailleurs, c'est assez étonnant de la part d'un homme d'ailleurs, enfin ils ne sont pas tous pareil, mais j'ai connu plus d'hommes qui prenaient les devants, enfin je connais à peine ce Mr Frankland, peut-être qu'il cache simplement bien son jeu. J'ai refermé la porte alors qu'il me saluait et me demandais s'il pouvais voir le reste de l'appartement.

« Bien-sur, n'hésitez pas. Il y a deux chambre dans ce couloir, à gauche c'est la mienne et à droite se serait la vôtre, tout au fond du couloir c'est la salle de bain.»


Je lui souriais toujours espérant qu'il aimerait l'appartement, j'avais vraiment besoin d'un colocataire pour m'aider à payer les factures, les temps sont difficile pour tout le monde et je commençais seulement à travailler alors forcément pour le moment je faisais beaucoup attention à mes dépense, le fait que quelqu'un puisse contribuer à payer le loyer me permettrait de faire plus de folie et d'amortir l'investissement que j'avais mis dans mon installation secrète. Quoi qu'il en soit ça me ferait aussi un peu de compagnie.

« Cela fait longtemps que vous cherchez une colocation?»


Autant engagez la conversation et lui montrer aussi que je m'intéressais à ce pourquoi il était-là, après tout je ne je voulais pas choisir n'importe qui et peut-être qu'il avait de bonnes expériences, enfin au moins ça nous permettrait de ne pas rester là sans rien se dire, après tout si on devait être amener à vivre en colocation autant que le discours se fasse rapidement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 3 Mai - 10:50

Toby ∞ Christal
Je ne m'attendais pas à toi
L'ambiance était bonne. L'appartement de la demoiselle était grand, calme et il ne semblait pas y avoir trop de bruit aux alentours. Bien qu'il y avait le quartier commerçant au pied de l'immeuble, cela ne semblait pas être mal fréquenté et de toute façon, je n'étais pas là pour rechigner aux moindre détails. Tout était propre ici, soigneusement rangé, une jolie décoration, simple et sans chichi. Je me demandais si j'étais le seul à être candidat sur les listes ou si j'avais des rivaux qui hésitaient à signer pour pouvoir avoir la place que je convoitais.

Avant de prendre une décision définitive, je demandais tout de même à voir le reste des lieux, la moindre des choses. Je n'étais pas là pour faire un simple salut et il fallait rester sérieux. C'était après tout un investissement et aussi une toute nouvelle faon de vivre puisque j'avais pour habitude d'être seul en permanence. En compagnie, il y a des règles à respecter afin que l'un comme l'autre se sentent bien et que ça ne dégénère pas.

« Bien-sur, n'hésitez pas. Il y a deux chambres dans le couloir, à gauche c'est la mienne et à droite se serait la vôtre, tout au fond du couloir c'est la salle de bain.»

Mon regard se focalisa immédiatement sur elle, ouvrant de grands yeux ébahis. "Ce serait la vôtre".... ces simples mots me firent frissonner à l'idée de pouvoir être accepté ici. Les gens avaient plutôt tendance à m'éviter car je n'étais pas quelqu'un de très simple à vivre, ou peut être le contraire justement. Mais elle devait peut être trouver quelqu'un rapidement elle aussi, pour pouvoir me dire ces choses là.

"Merci." dis-je simplement en prenant la directement du couloir afin de pouvoir regarder les pièces restante. "Ma" chambre était assez grande, sans l'être trop et était composée d'une armoire/penderie aux portes coulissantes. Il n'y avait encore rien à l'intérieur mais ce serait la taille parfaite pour y glisser mes affaires, si l'endroit pouvait être miens.
La salle de bain était aussi assez spacieuse, avec une douche, une baignoire et des toilettes. Il n'y avait pas de fenêtre mais il y avait un grand miroir qui reflétait la porte d'entrée de la pièce. La chambre de la jeune femme, quant à elle, était déjà remplie évidement et était un poil plus grande que celle que je pourrais avoir.

« Cela fait longtemps que vous cherchez une colocation?»  me demanda-t-elle si soudainement que je faillis sursauter sur le coup tant elle était près de moi. Je clignais des yeux en essayant de me remettre de mes petites émotions et tentait de répondre tant bien que mal.
"Eum... pour dire vrai... c'est très nouveau pour moi. Et... euh... l'idée m'est venue récemment."
Je me caressai l'arrière de la tête de manière gênée. Je ne savais pas quelle image elle avait de moi, et en tant normal je n'en aurais pas porté attention, sauf que là c'était différent puisque j'avais pour idée de vivre sous le même toi qu'elle.
"Et vous? C'est la première fois où... il y a eu déjà des gens qui ont occupé l’appartement avec vous?"
Je laissais un petit moment de silence avant d'ajouter : "... Christal, c'est bien ça?"
Je n'avais pas beaucoup la mémoire des noms, quand il ne s'agissait pas de criminels. J'étais plutôt du genre à retenir les choses qui m'importaient.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 10 Mai - 19:50

L'attitude de ce jeune homme me laissait croire qu'il ne devait pas être très bavard. Il avait cet air qu'ont les intellectuels comme les philosophes ou les scientifiques. Je mettrais presque ma main à couper qu'il travail dans ce genre de milieu, vu son air assez strict et propret, enfin je ne dis pas que c'est dérangeant, loin de là c'est plutôt une bonne chose, on ne sait jamais sur qui on peut tomber et c'est assez rassurant de voir qu'il n'est pas négligé et qu'il a l'air plutôt «normal», ni drogué, ni buveur, il n'en a pas réellement l'allure à vrai dire. Je verrai bien avec le temps, en tout cas, je ne lui dirai pas non pour qu'il devienne mon colocataire, j'ai une curieuse envie de le connaître.

Je lui avais indiqué ce que contenait les pièces du couloir, mon appartement n'est pas très grand, mais il est assez chaleureux et je m'y sens bien. Je me sens un peu seule et c'est bien pour cela aussi que je demande un colocataire, pas seulement pour payer le loyer, même si c'est la raison principale, mais la solitude me pèse depuis mon arrivée. Il me répond merci d'une façon si simple que j'ai l'impression qu'il a du mal à engager la conversassions, ce n'est pas grave, c'est moi qui parlerait s'il faut. Je le laisse aller regarder un peu partout, j'espère que je ne serais pas en retard au travail, je sais que je devrai m'occuper de mon visiteur, mais je ne peux m'empêcher de me tortiller les doigts. J'ai pour habitude d'arriver toujours à l'heure alors forcément cela m'inquiète.

Il avait regardé un peu partout, sans que je ne sache s'il était intéressé ou pas. Il m'a l'air tellement insondable. Ma question à du le surprendre vu le petit sursaut qu'il a fait et j'ai souris, c'était assez mignon de le voir être surpris. Il ne semble pas adepte de la colocation, peu importe, tant qu'il est à jour pour payer le loyer, je me fiche un peu du reste. Il me retourne la question et je lui souris en lui répondant:

« Oui c'est bien ça et je suis à peu près dans le même cas que vous, c'est la première fois aussi, je viens d'arriver dans la ville alors je me suis dis que ça devait être une bonne idée .»


J’espérais le convaincre, faire en sorte qu'il accepte de devenir mon colocataire, se serait une chose en moins à penser et je serais contente d'avoir un camarade les jours de solitude, je me faisait déjà un film sur notre prochaine amitié, alors que je le connais à peine, mais j'ai toujours été comme ça.

« Alors, Toby, l'appartement vous plaît?»


Je tenais à ce qu'il se décide assez vite, je n'aime pas tant attendre alors forcément je suis un peu pressée de connaître sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Ven 30 Mai - 23:13

Je n'allais pas faire mon difficile. Voilà que je venais de terminer la visite de l'appartement de la jeune femme qui se tenait à mes côtés, me toisant du regard en cherchant dans mes yeux la réponse à ses question, à savoir si l'endroit m'intéressait ou non.
Je la regardais d'un air un peu curieux, en me demandant si j'allais pouvoir vivre sous le même toit que cette personne. L'endroit me plaisait, oui, mais avoir un colocataire signifiait avoir des responsabilités différentes que si l'on vivait seul. J'étais quelqu'un à secrets et il fallait que je reste discret. Mais j'étais à peu près certain que ça ne serait pas difficile, j'avais pour don de faire comme si je n'existais pas. Ma discrétion était si grande que j'en faisais oublier ma présence et Christal, tout comme mon collègue à la morgue ou d'autres personnes déjà rencontrées dans ma vie pourrait ne pas s'apercevoir une seule seconde que j'avais disparu.

« Oui c'est bien ça et je suis à peu près dans le même cas que vous, c'est la première fois aussi, je viens d'arriver dans la ville alors je me suis dis que ça devait être une bonne idée .»
- Oh... très bien. Je vois.

J'aurais aimé qu'elle eut déjà une expérience de colocation. Me guider, ne pas être déçue si cela devait mal se passer. Je n'étais pas difficile à vivre, mais on ne savait jamais après tout.

« Alors, Toby, l'appartement vous plaît?»

Je frissonnai. A cet instant, j'avais eu l'impression qu'elle me demandait de signer un contrat important, qui bouleverserait ma vie. Ca n'en avait rien de tel, évidement, mais je n'aimais pas me sentir brusqué. Même si là, j'en avais bien besoin.

"Oui, oui! S'il n'est pas pris et si vous m'acceptez alors je serais ravi de... faire colocation avec vous."

Je la regardai sous un sourire un peu gêné et à la fois enthousiaste. J'étais content, vraiment.

"Avez vous par hasard des questions me concernant?"

Après tout, on ne prenait pas non plus n'importe qui et je pouvais le comprendre. D'autant plus que je n'étais pas un exemple d'ami modèle ou même tout simplement de personne normalement constituée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Lun 2 Juin - 22:08

Il a l'air déçu que je ne connaisse pas plus que ça la colocation, je fais un moue désolée histoire de lui montrer que j'aurais aimé être comme il le souhaite, mais bon, ce n'est pas le cas. J'ai toujours habité toute seule, du moins quand j'ai été apte à vivre toute seule j'ai préférée m'éloigner de mes parents. J'ai eu envie de faire ma vie seule, bien que ce n'est pas toujours marrant, surtout que la disparition de mon frère me pèse beaucoup, mais je vis bien jusqu'à présent. Un colocataire est la solution parfaite pour me sentir moins seule. Du coup je ne veux pas qu'il fuit tout de suite.

« Je me suis renseignée si ça peut vous rassurez et je suis très sociale, je suis certaine qu'on pourrait bien s'entendre.»


Je souris lorsqu'il me dit qu'il est partant si je l'accepte, évidement que je l'accepte. Il est là pour ça et je n'ai pas eu beaucoup de réponses depuis que j'ai posté l'annonce alors forcément c'est avec ravissement qu'il est le bienvenue. Je lui répondit avec un certain enthousiasme:

« Bienvenue chez vous alors. Vous pourrez emménagez quand?»


J'ai vraiment hâte qu'il vienne, ça me changerait les idées d'avoir quelqu'un à qui parler, de pouvoir discuter simplement et de ne plus être toute seule le soir en rentrant, bien-sur j'allais devoir faire des concessions, mais chaque nouvelle étape de la vie impose des concessions. Si j'avais des questions. Je pose ma main sur ma hanche et réfléchis un moment. Des questions, j'en ai des tas qui se baladent dans ma tête, qu'est-ce que vous faites comme travail, saurez-vous payer le loyer à temps, êtes-vous célibataire?Oui celle-là aussi. Et finalement je me suis dis que ce genre de questions pourrait attendre.

« Hum, non pas pour le moment, on pourra discuter plus amplement lorsque vous serez-là. Je suis ravi en tout cas de faire votre connaissance, vous me sauvez grandement en accepte cette colocation.»


Je ne voulais pas trop lui poser de questions, parce que mon côté avocat allait trop remonter à la surface et puis je n'ai pas envie qu'il fuit tout de suite.

« Il faudrait que l'on convienne d'une date pour vôtre arrivé, d'ailleurs si vous avez un peu de temps maintenant je peux vous offrir un petit déjeuner, y a un café sympa en face de l'immeuble si ça vous le dit, j'ai encore un peu le temps avant d'aller au travail, se serait histoire de fêter ça.»


Je lui souris encore une fois, je souris beaucoup et pour peu de choses, mais ça redonne parfois du baume au cœur. J’espérais qu'il me dise oui, j'ai encore un peu faim et on pourrait peut-être apprendre à mieux se connaître.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Sam 14 Juin - 20:58

La voix et la gestuelle de Christal me réconfortais. J'étais quelqu'un de méfiant par nature, si bien que je ne me lâchais pas totalement. D'une façon comme d'une autre, je serais toujours un peu méfiant d'elle. J'avais ma propre petite vie à protéger, mais j'avais décidé de prendre le risque en vivant sous le toit d'une même personne. Mais même sans cela, je n'aimais pas me vouer totalement aux gens. Seul Arsène était l'exception à la règle et je ne savais pas pourquoi j'éprouvais tant de compassion vis à vis de lui. Peut être y parviendrais-je un jour avec elle. Si elle ne me chasse pas avant ou que l'on se dispute pas au point que je veuille changer d'abris.

« Je me suis renseignée si ça peut vous rassurez et je suis très sociale, je suis certaine qu'on pourrait bien s'entendre.»


Je hochais la tête pour lui exprimer ma compréhension.

"Bien, très bien. J'espère que vous n'aurez pas trop de mal.. je suis.. pas très social, moi."

Je n'étais pas très talentueux pour me vendre. En même temps, je n'y réfléchissais pas réellement. Mais Christal semblait être une jeune femme sympathique et la première approche était toujours un peu distante. Et autant annoncer la couleur directement, qu'elle ne soit pas déçue si elle avait déjà des espérances me concernant.

« Bienvenue chez vous alors. Vous pourrez emménagez quand?»

Je redressais vivement la tête vers elle, surpris par la question. C'était comme si on venait de m'annoncer que j'avais réussi un examen très difficile auquel j'aurais été persuadé d'avoir échoué.

"Heu..."


Emménager quand? Mes sens étaient si brouillés que j'eus du mal à me rendre compte directement de la signification de l'interrogation. Je finis par retrouver mes esprits et c'était une chance que j'arrivais à ne pas démontrer l'ouragan qui tournait dans mon cerveau.

"Le plus tôt possible? Demain et après demain, si cela convient?"

Au moins, je n'aurais plus l'agence sur mon dos et elle sera enchantée d'apprendre que j'allais balayer le plancher.
Vient alors le moment où je lui demandai si elle avait des questions à mon sujet, pour apprendre un peu plus sur moi. Sa réaction m'étonna un peu lorsqu'elle répondit à la négative. Elle m'informa préférer reporter ceci plus tard, lorsque je me serais installé et me dit que je lui sauvais la vie en acceptant la colocation.
Ma bouche était à demi ouverte, abasourdi par ce discours.

"Oh euh... sachez que vous me sauvez la vie en m'acceptant aussi."

J'aurais été bon pour me retrouver sous un pont autrement! Tout ça parce que je ne m'y serais pas pris à l'avance. Je savais qu'Arsène n'aurait pas dit non pour m'héberger, mais je détestai me sentir aussi vulnérable. Je préférais vivre dans la misère plutôt que d'implorer la pitié des gens.

« Il faudrait que l'on convienne d'une date pour vôtre arrivé, d'ailleurs si vous avez un peu de temps maintenant je peux vous offrir un petit déjeuner, y a un café sympa en face de l'immeuble si ça vous le dit, j'ai encore un peu le temps avant d'aller au travail, se serait histoire de fêter ça.»

Je haussai les épaules.

"Eh bien, à présent vous avez la date. Quant au café... je ne dis pas non. Ca pourrait être sympa. Et je serais ravi de voir un peu le quartier.."

Aussi bien pour ma vie de tous les jours que pour mon "travail".
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Lun 23 Juin - 22:06

Tout se déroule plutôt bien. Je crois que ce jeune homme va me dire oui, enfin je crois surtout qu'il acceptera cette colocation, en même temps c'est pour ça qu'il est là. Je me verrai mal lui refuser. Il a l'air gentil et je suis loin de me douter que les apparences sont trompeuses. Je le vois comme ça et je me dis surtout que ça me fera énormément de bien d'avoir un colocataire et pourquoi pas un ami. Il m'avoua qu'il n'était pas très social, j'eus un petit sourire, ce n'était pas bien grave. Je peux parler toute seule s'il le faut, il finira par me répondre.

« Eh bien nous nous compléterons alors.»

Il avait l'air pressé d’emménager, c'est une bonne chose, nous pourrons faire plus ample connaissance, voir tout ce qu'il faut pour cette colocation. Je ne suis pas si chiante, mais j'aime avoir quelques règles de base, des choses toutes simple, mais ça je lui en parlerais plus tard. Je suis ravie de savoir que je le sauve en l'acceptant ici. C'est ce que j'aime le plus faire, aider les gens alors forcément, je suis contente que ça l'aide un peu. Je ne sais pas pourquoi ça l'aide, peu être qu'il n'avait plus d'endroit ou vivre et ça me rassure d'autant plus qu'il m'ait trouvé. Je ne laisserais personne dans le besoin, je ne suis pas assez riche pour aider tout le monde, malheureusement, mais je le fais avec mes petits moyens.

« Je suis ravie de pouvoir vous aider. Je serais toujours là pour ça.»


Je lui fis un sourire qui marquait mon ravissement. Il m'avait l'air tellement gentil. J'étais contente qu'il accepte d'aller boire un café, on pourrait décider de toute la mise en place de son arrivée. Je prends mes clés et l'invite à sortir, n'oubliant mon sac posé sur la table basse du salon. Nous voilà hors de l'appartement à présent.

« Les voisins sont assez discrets. Je dois dire que je n'ai même jamais eu l'occasion de les voir ces derniers temps, on ne fait que se croiser, vous ne devriez pas avoir de soucis avec le voisinage donc.»


Je marche vers les escaliers. Ce n'est pas très haut, alors autant descendre à pied et nous voilà dehors. Il fait assez beau et c'est agréable de voir que le temps est clément. Ce n'est pas toujours le cas.

« Voilà c'est juste là, en face.»


Je m'avance et traverse la route, puis entre dans le café vérifiant qu'il me suit toujours. On s'installe à une table libre et un serveur arrive puis nous prend notre commande.

« Je suis enchantée d'avoir fait votre connaissance Toby. Je ne pensais pas que les gens étaient si difficile à trouver. »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne m'attendais pas à toi- Toby Frankland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DEPUIS TOUJOURS, J'ATTENDAIS...
» ce n'est vraiment pas ce a quoi je m'attendais
» Toby mon ami de Panaccione
» toby stephens
» Toby Stephens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
broken arrow :: saison 1-